Schaerbeek cherche un spécialiste de la radicalisation religieuse

Une offre d'emploi inédite à Schaerbeek : la commune se cherche un spécialiste de la question de la radicalisation religieuse.
Une offre d'emploi inédite à Schaerbeek : la commune se cherche un spécialiste de la question de la radicalisation religieuse. - © MAHMUD TURKIA - BELGAIMAGE

Une offre d'emploi inédite à Schaerbeek : la commune se cherche un spécialiste de la question de la radicalisation religieuse. L'objectif est d'empêcher les départs de jeunes de la commune vers la Syrie. Schaerbeek est l'une des 10 communes belges qui bénéficie de fonds pour une telle embauche.

A Schaerbeek, 7 ou 8 jeunes sont partis combattre en Syrie, ces derniers mois. Mais une soixantaine d'autres sont identifiés par la commune, potentiellement à risque de se radicaliser. Bernard Clerfayt, le bourgmestre : "Il y a une toute petite minorité sur le territoire de Schaerbeek, comme dans les grandes villes qui est potentiellement dangereuse et il faut faire très attention, nous avons eu des incidents récents"

C'est pourquoi la commune recherche une personne qui puisse être la courroie de transmission entre les éducateurs de rue, la police, sur le terrain et les autorités communales ou le ministère de l'intérieur. Une personne bilingue français/néerlandais mais qui parlerait éventuellement l'anglais et l'arabe, de niveau universitaire et qui aurait une réelle connaissance des enjeux :

"C'est quelqu'un qui puisse être, également, une bonne personne de contact. Qui peut bien comprendre la situation, qui sait bien distinguer la toute grande majorité de la communauté musulmane qui sont des gens paisibles qui souhaitent vivre leur religion tout à fait calmement, et quelques esprits un peu fragiles qui se laissent entraîner un peu facilement, dans des réflexions, des actions ou des comportements".

Pour embaucher cette personne, la commune a reçu 40 000 euros du Fédéral. 10 autres communes, dont Molenbeek, bénéficient de la même mesure.

CJ avec Hélène Maquet

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK