Sans permis, six éoliennes tournent toujours à Pessoux

Sans permis, six éoliennes tournent toujours à Pessoux
Sans permis, six éoliennes tournent toujours à Pessoux - © ANTHONY DEHEZ - BELGA

Le permis du parc éolien géré par la société Eneco est annulé depuis le 24 janvier. Pourtant les 6 éoliennes continuent de produire de l’électricité. Selon la société, les problèmes de nuisances sont d'ores et déjà corrigés et rien n'impose l'arrêt de la production.

Les normes de bruits fixées à 43 décibels en Wallonie sont atteintes voire dépassées par ce parc de 15 mégawatts, une situation qui justifie la décision du Conseil d'état. Un récepteur a mesuré des émissions de bruit montant jusqu'à... 43,3 décibels. Pourtant les pales des hélices continuent de tourner près de Ciney: "Le Conseil d'état a remis en cause la forme et pas le fond. Il faut réécrire le permis, l'adapter pour le rendre conforme et c'est désormais entre les mains de l'administration wallonne et du ministre de tutelle (le cdH Carlo Di Antonio) d'émettre un nouveau permis", explique Arnaud Janvier, responsable du développement éolien pour la Wallonie chez Eneco. L'Administration wallonne dispose de 100 à 130 jours pour délivrer un nouveau permis.

Déjà plus un problème

Pour justifier la poursuite de la production électrique, Eneco explique notamment que la situation de nuisance envers les riverains est d'ores et déjà corrigée: "La moitié des éoliennes du parc peuvent être bridées pour émettre moins de bruit en fonction de la force et direction du vent et donc diminuer l'impact dans toutes les directions de la rose des vents". 

A ce stade, la société affirme ne pas trop craindre un démantèlement de l'installation malgré une action en ce sens déposée au au tribunal de première instance de Namur en 2017 par une des plus ferventes opposante au projet. Une action qui était d'ailleurs suspendue à la décision du Conseil d'état.

La jeune histoire du parc de Pessoux ressemble de plus en plus à une saga, sa première version ayant déjà été retravaillée en 2009. L'inauguration en 2015 a de son côté été perturbée par des riverains. L'affaire devrait passer au tribunal en avril. Les avocats d'Eneco demanderont un report... afin d'attendre la nouvelle version du permis unique visant la construction et l'exploitation du parc.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK