Sans-papiers abandonné dans un bois à Charleroi : suspension du prononcé pour les policiers

.
. - © Tous droits réservés

Ce jugement en appel risque d'interpeller : deux policiers carolos ont vu leur peine transformée en suspension du prononcé. Ils avaient été condamnés en première instance pour avoir conduit, en 2010, un sans papier dans un bois de Gosselies et l’avoir abandonné là.

Ces hommes avaient voulu effrayer le sans-papiers et éviter de remplir les documents administratifs relatifs à son arrestation.

Mais le sans papier avait déposé plainte, avait expliqué avoir été frappé, menacé de mort et s'être fait dépouiller de ses affaires, ce que reconnaissaient les hommes.

Trois policiers et plusieurs officiers étaient poursuivis, mais seuls deux d’entre eux avaient finalement été condamnés à 12 mois de prison avec sursis pour détention arbitraire et vol avec violence.

En appel, changement de ton dans le jugement et la sanction : cette fois, le tribunal a suivi l'argumentation des avocats des policiers, à savoir qu'il y avait un grand nombre d'illégaux dans la région, que l'office des étrangers ne suivait pas au niveau expulsions et que ces éloignements forcés étaient "monnaie courante un peu partout dans le pays" avec l'accord des hiérarchies.

Les avocats avaient également plaidé que les officiers poursuivis avaient, eux, obtenus des transactions pénales et que les deux policiers étaient dès lors devenus les boucs émissaires. Ces derniers ont écopé, du coup, d'une suspension du prononcé.

La Ville, qui avait enclenché une procédure de révocation, va sans doute devoir réviser sa position.

Christine Borowiak

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK