Sans-abri et grosses chaleurs: le Samusocial appelle aux dons de bouteilles d'eau

Sans-abris : le Samusocial appelle aux dons de bouteilles d'eau
Sans-abris : le Samusocial appelle aux dons de bouteilles d'eau - © BELGA

Il n'y a pas de bonne saison pour vivre en rue. Une vérité que le secteur de l'aide aux sans-abri ne cesse de marteler, mais dont n'a pas toujours conscience le grand public. En été, les risques d'insolation et de déshydratation sont réels, surtout quand vient s'en mêler une consommation d'alcool. Chaque jour, les équipes mobiles du Samusocial vont donc à la rencontre des sans-abris pour leur distribuer de l'eau.

"Cette année, constate le porte-parole Christophe Thielens, notre consommation de bouteilles d'eau a été beaucoup plus importante que les années précédentes parce que l'été est particulièrement clément."

Alors que la chaleur perdurera dans les prochains jours, les stocks du Samusocial sont quasiment vides : "il nous reste une palette. Nous aurons besoin de 15 000 bouteilles d'eau pour terminer l'été." Raison pour laquelle l'association bruxelloise lance un appel aux dons privés de bouteilles d'eau sur son site Internet.

Le Samusocial est redevenu fréquentable

Si les conditions climatiques expliquent en partie la pénurie, l'essentiel de l'explication est ailleurs. Depuis le scandale qui a secoué l'association l'an dernier, les dons privés sont en chute libre. Sur l'année écoulée, la perte est chiffrée à 300 000 euros. Sans parler des dons en nature eux aussi en baisse. "Habituellement, on reçoit entre 10.000 et 20.000 bouteilles d'eau l'été. Cette année, on en reçu à peine un millier", déplore Christophe Thielens.

La crise de confiance est réelle, parmi les particuliers comme les entreprises. Plusieurs partenaires historiques ont ainsi quitté le navire, en tête desquels la Loterie Nationale et ses 4000 couvertures par an.

La campagne d'appel aux dons centrée sur l'eau est aussi l'occasion de faire passer un message. "On comprend que la crise que nous avons traversée s'est accompagnée d'une crise de confiance. Mais maintenant, le Samusocial est dirigé par un nouveau conseil d'administration bénévole, des mesures ont été prises en matière de gouvernance, de transparence des comptes et d'affectation des dons. On peut dire maintenant qu'il est temps de nous refaire confiance", conclut Christophe Thielens.

Bénéficiaire d'un financement public pour ce qui a trait à l'hébergement de sans-abris, le Samusocial compte essentiellement sur les dons privés pour financer ses autres projets, parmi lesquels le travail de ses équipes mobiles de maraude.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK