Saint-Sauveur : un amour de chapelle

Chapelle de Bernard
2 images
Chapelle de Bernard - © Maxence Andry

Impossible de ne pas en croiser une sur votre route. Dans tous les villages de Wallonie, il existe une chapelle (ou plusieurs). Qu’elle soit de la taille d’une cabine de douche ou capable d’accueillir toute une procession, ces églises miniatures n’appartiennent plus, pour la plupart, aux évêchés. Bon nombre de ces édifices ont été revendus à des particuliers. Parfois pour un euro symbolique. Seule condition : l'entretenir. 

Certains rénovent

C’est le cas de Bernard, 73 ans. Cet habitant du village de Saint-Sauveur a acheté la chapelle devant chez lui. Au départ, elle était vouée à disparaître: "Elle se situe sur le terrain d’un agriculteur qui habite pas loin d’ici. A force de devoir la contourner quand il laboure ses champs, il voulait la détruite complétement. Elle était fortement endommagée, il ne restait qu’un tiers de la construction. J’ai donc décidé de la racheter et de la rénover ". Quelques temps après, Bernard prend contact avec le notaire et acquiert la chapelle. Il débourse la somme de 100 euros et entame la remise à neuf de la chapelle. "J’ai voulu rénover cet édifice dans les règles de l’art ! J’ai donc fait appel à des rénovateurs travaillant avec des méthodes d’autrefois. Cela m’a coûté 30 000 euros". 

Le devoir de mémoire

Bernard est catholique mais il n’est pas pratiquant, du moins pas à 100%. Pour lui, rénover cette chapelle, c’est entretenir la mémoire des anciens : "Il faut se rendre compte que nos ancêtres ont passé du temps à construire cette chapelle. Ils ont dépensé de l’argent. Je ne souhaite pas que cela soit fait pour rien". Enfin, pour Bernard, posséder une chapelle à quelques privilèges : "C’est bête mais quand je reçois des amis ou la famille, nous venons autour de la chapelle et nous faisons une prière tous ensemble"

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK