Saint-Nicolas: un café turc autorise les chiens mais pas les Juifs

L'affiche dénoncée par la LBCA
2 images
L'affiche dénoncée par la LBCA - © Ligue Belge contre l'Antisémitisme

L'armée israélienne en est à son 17ème jour d'offensive dans la bande de Gaza, des combats à l'origine d'un incident à Saint-Nicolas, où un café turc a affiché en langue turque un slogan raciste : "Dans ce commerce, les chiens sont autorisés mais les Juifs jamais". C'est un acte clairement raciste dénoncé auprès de la Ligue Belge contre l'Antisémitisme. Il a justifié l'intervention de la police et l'envoi qu'un procès-verbal au parquet.

"Dans ce commerce, les chiens sont autorisés mais les Juifs jamais" dit le texte en turc, alors que le texte français cible les "sionistes". Cela se passe à Saint-Nicolas en banlieue liégeoise en 2014 et comme l'explique, Joël Rubinfeld, le président de la Ligue Belge contre l'Antisémitisme, cela rappelle des slogans de la période nazie : "A l'époque de la seconde guerre mondiale, vous aviez une série de lieux qui étaient interdits aux chiens et aux juifs. Ce tenancier d'un café à Saint-Nicolas va plus loin encore car il accepte les chiens mais il n'accepte pas les Juifs. Les nazis mettaient les juifs au statut de chien, cette personne les met en dessous de ce statut. C'est très préoccupant car ce n'est pas un cas isolé".

Le président de la Ligue Belge contre l'Antisémitisme y voit le signe de la montée d'un nouveau totalitarisme, l'islamisme, et une menace pour la démocratie.
Le café turc minimise, affirmant avoir simplement voulu dénoncer la situation en Palestine.

Le bourgmestre de Saint-Nicolas, Jacques Héleven, prévenu par le président de la ligue des droits de l'homme et par le président des associations juives de Belgique, a fait intervenir la police. Les affiches ont été retirées. Un procès-verbal a été dressé et transmis au Parquet de Liège et à la police fédérale.

CJ avec Françoise Dubois

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK