Saint-Josse : un hôtel de prestige à la place de l'église du Gesù ?

Des personnes sans papiers et sans abri occupent l'église désaffectée du Gésu, dans le quartier Botanique à Saint-Josse, depuis 2009. Avec l'accord plus ou moins tacite du promoteur suisse jusqu'il y a quelques mois.

Les parties concernées ont en effet conclu une convention d'occupation à titre précaire jusqu'à l'obtention du permis d'urbanisme. À condition que les occupants soient encadrés par l'Union des Locataires Marollienne et que des mesures de surveillance et de gardiennage soient prises dans l'enceinte du futur hôtel. Un petit noyau de perturbateurs devra aussi être chassé, pour permettre la cohabitation harmonieuse des 160 occupants restants, dont des familles avec enfants.

Manu Rabouin, de l'Union des Locataires Marollienne, explique : "C’est vraiment une bonne chose que le propriétaire ait investi dans la sécurité du bâtiment parce que c’était devenu ingérable. Des gens rentraient comme ça et il n’y avait plus aucun contrôle. La porte restait ouverte 24 heures sur 24. Il fallait donc que quelqu’un intervienne. On avait demandé aux pouvoirs publics de pouvoir engager un gardien mais on n’avait reçu aucune réponse. Et là ça va être le cas. On espère donc que ça va aller un peu mieux."

Lorsque l'occupation se terminera, que deviendront les occupants ? La plupart sont dépourvus de tout revenu et dénués de perspectives d'avenir en Belgique.

Philippe Carlot

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK