Saint-Josse: les autorités communales ont-elles censuré un évènement culturel kurde?

Djamila Gassoian devait accrocher ses toiles aux murs de l'académie de Saint-Josse, à l'initiative de l'Institut kurde de Bruxelles.
Djamila Gassoian devait accrocher ses toiles aux murs de l'académie de Saint-Josse, à l'initiative de l'Institut kurde de Bruxelles. - © Google Maps

La question est en tout cas posée. Trois événements étaient prévus sur Saint-Josse à l'occasion de cette semaine culturelle programmée fin septembre. Mais voilà, une exposition de peinture n'aura finalement pas lieu, faute d'avoir reçu les autorisations.

La commune parle de raisons de sécurité. L'artiste kurde, elle, parle de discrimination.

Djamila Gassoian devait accrocher ses toiles aux murs de l'académie de Saint-Josse, à l'initiative de l'Institut kurde de Bruxelles. Sans avoir communiqué à ce jour la moindre notification officielle, la commune a décidé d'annuler l'événement. L'artiste kurde d'origine arménienne est bouleversée. "Pour moi, il s’agit d’une discrimination envers la population kurde, comme cela se fait malheureusement ailleurs. Dès qu’il y a pouvoir, cela continue ici aussi."

Une autre manifestation avait été annulée elle aussi. C'était une lecture de contes pour enfants dans la bibliothèque communale flamande. Mais l'échevine Bea Meulemans a décidé de revenir sur l'annulation. Sans doute trop tard pour qu'elle puisse malgré tout se dérouler, les organisateurs y ayant renoncé. Pour l'échevine de la Cohésion sociale, seules des raisons de sécurité justifient l'annulation de l'exposition à l'académie. "L’académie se trouve au même endroit qu’une école primaire. C’est déjà la rentrée scolaire, ce qui ne rend pas les choses plus faciles. Il y a aussi le contexte international plutôt tendu, ainsi que le niveau d’alerte qui reste fixé à 3… Nous préférions dès lors ne pas prendre le moindre risque dans un lieu fréquenté par des petits enfants."

Pour la zone de police, en tout cas, aucun des événements prévus ne posait de souci en termes de sécurité.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK