Saint-Josse: la quarantaine d'une crèche est prolongée

Saint-Josse: la quarantaine d'une crèche est prolongée
Saint-Josse: la quarantaine d'une crèche est prolongée - © Google Street View

La fermeture décidée mardi dernier d'une section de la crèche P'tit Boule, dans la commune bruxelloise de Saint-Josse-ten-Noode, sera prolongée, après que la variant britannique du coronavirus y a été détecté, ont annoncé lundi matin les autorités communales. Celles-ci ont pris de nouvelles mesures en collaboration avec l'Office de la naissance et de l'enfance (ONE).

La mise en quarantaine de la section, initialement prévue jusqu'au 22 janvier, est prolongée jusqu'au 28 janvier. Le personnel concerné fera l'objet d'un nouveau test afin de détecter la présence éventuelle du variant.

Ces nouvelles mesures ont fait l'objet d'une réunion de crise, tenue en urgence lundi matin, entre le bourgmestre Emir Kir, la Haut fonctionnaire de l'arrondissement de Bruxelles, Viviane Scholliers, la directrice de la Cellule hygiène pour la Commission communautaire commune, Inge Neven, ainsi que les responsables administratifs de la commune.

Selon le bourgmestre, la situation, actuellement sous contrôle, sera réévaluée régulièrement en fonction de l'évolution des données disponibles.

"Notre objectif est de travailler en concertation avec tous les acteurs concernés dans une optique de protection, d'efficacité et de transparence. Il y a lieu de s'inquiéter et de redoubler de prudence puisque le virus est bel et bien présent chez les plus petits. Le variant britannique semble également faire son apparition et nous suivons attentivement l'évolution de la situation dans l'ensemble des crèches et écoles du territoire", a commenté Emir Kir, à l'issue de la réunion.

De son côté, l'échevine en charge des Crèches francophones et de la Petite enfance, Nezahat Namli, estime que la réactivité et le professionnalisme du personnel dans la gestion de cette crise apporte "une belle démonstration de son sang-froid et de sa rigueur dans l'application des mesures destinées à protéger les enfants, mais également sa propre santé et celle de ses collègues".

La commune est prête à prendre toutes les mesures complémentaires qui pourraient s'imposer, a-t-elle ajouté.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK