Saint-Josse: l’affichage électoral s’invite au cimetière communal

Dans le cimetière de Saint-Josse.
Dans le cimetière de Saint-Josse. - © D. R.

La campagne électorale bat son plein en Région bruxelloise. Mais à Saint-Josse, elle suscite une petite polémique depuis l’apparition de publicités électorales dans et autour du cimetière communal.

Le cimetière de Saint-Josse est situé sur le territoire de la commune de Schaerbeek, rue Henri Chomé. Dans ce cimetière où est notamment inhumé l’ancien bourgmestre socialiste Guy Cudell, un témoin nous a signalé la présence quasi permanente d’une camionnette grise. Sur la lunette arrière, on retrouve un autocollant avec le visage d’Emir Kir (PS), le bourgmestre de Saint-Josse. Candidat aux fédérales à la troisième place, il brigue un nouveau mandat à la Chambre lors des élections du 26 mai prochain.

Je n’étais pas au courant

« Je n’étais pas au courant », affirme le bourgmestre qui signale à la RTBF que ce type de démarche en période électorale est en théorie interdite. « J’ai fait passer le message à l’administration », ajoute Emir Kir. S’agit-il d’un véhicule appartenant à la commune ? A un militant ? Au responsable du cimetière ? Pour l’instant, pas de réponse.

Mais ce n’est pas tout : juste en face du cimetière se trouvent les bureaux d’une entreprise d’art funéraire. Pendant deux semaines, un panneau présentant l’affiche électorale d’Emir Kir était visible sur la vitrine à l’entrée. « Au départ, j’ai accepté qu’on mette cette affiche, pour faire plaisir », raconte l’un des gestionnaires de la société évoquant une demande d’un membre de son personnel. « Mais quand je vois que ça me cause des problèmes, j’ai préféré la faire retirer. Une personne m’a interpellé me disant que cela ne se faisait pas. »

Illégitimité morale

En tout cas, pour un témoin, cet affichage électoral pose question. « On est en train de parler d’un cimetière. Je pense que ce n’est pas non plus n’importe quoi : instrumentaliser un lieu pareil pour mener campagne. Indépendamment des questions juridiques, il y a une question d’illégitimité morale. »

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK