Saint-Josse : de nouveaux écoulements d'eau sur les rails risquent de retarder la fin des travaux

Une des deux voies a été remplacée
Une des deux voies a été remplacée - © rtbf

Près d'une semaine après l'affaissement de la chaussée de Louvain, où en sont les travaux de réfection des voies de chemins de fer à Saint-Josse? La rupture d'une canalisation de Vivaqua avait non seulement provoqué ce gigantesque trou mais l'eau et la boue avaient aussi complètement enseveli une partie des voies de train qui se trouvent juste en contre-bas. Infrabel espère toujours les rouvrir à la circulation lundi. Mais rien est moins sûr.

Les équipes d'Infrabel posent une nouvelle voie

L'une des deux voies est toujours ensevelie sous la boue. L'autre a déjà été remplacée. Elle pourra très prochainement servir à l'acheminement de matériel de machines nécessaire pour la suite des travaux qui pour l'heure se font essentiellement à la main. Mais tout cela ne s'est pas fait sans difficulté et quelques mauvaises surprises. Le chantier a d’ailleurs pris un peu de retard. Infrabel, le gestionnaire du réseau, a dû faire appel à une société privée spécialisée dans le drainage. " On a eu de nouvelles infiltrations ces derniers jours. Jusqu’hier de l’eau a continué à s’écouler sur les voies " explique Arnaud Reymann, porte-parole d’Infrabel. " Visiblement, il s’agirait de l’eau qui provient d’un ancien réseau d’égouttage, inconnu de Vivaqua, qui continue d’être alimenté à cause des fortes pluies de ces derniers jours et qui atterrit ici sur les voies ".

 

Sans doute du retard pour la remise en service des voies

A l'endroit où l'eau est montée jeudi dernier et encore dans une moindre mesure ces derniers jours, tout a été colmaté. Mais Infrabel craint qu'il y ait potentiellement d'autres brèches ailleurs. " S’il y a des pluies dans les jours à venir, cet endroit-là sera sécurisé. Mais l’eau pourrait venir d’ailleurs puisqu’on ignore d’où elle s’écoule précisément. Ça, c’est la grosse inconnue. C’est ce qui rend les travaux difficiles ".

Cela rend aussi incertain la date de remise en service des voies, théoriquement prévue lundi. " C’est la situation idéale. Mais elle s’éloigne de plus en plus. Ce qui est sûr c’est qu’on a aucune marge de manœuvre. Il ne faudrait pas que les choses soient encore plus compliquées qu’elles ne le sont déjà ".

Les navetteurs risquent donc bien de devoir faire preuve d'encore un peu de patience avant de reprendre leurs habitudes de voyage.

Des ouvriers spécialisés drainent les eaux résiduelles

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir