Sage-femme ou femme de ménage en version homme

Certains clichés ont la vie dure dans le monde du travail. On parle souvent de métiers masculins que certaines femmes s'approprient. Mais on parle moins souvent de métiers féminins pratiqués par des hommes. Pourtant, c'est une tendance qui se marque de plus en plus dans le monde du travail. Nous avons rencontré deux hommes dont le nom de la profession reste très féminin. Patrick Denayer est sage-femme et Eric Dorval est femme de ménage.

Patrick Denayer, sage-femme en chef

A l'hôpital Vésale de Montigny-le Tilleul, la sage-femme en chef est un homme. Patrick Denayer évolue dans une équipe essentiellement féminine. En 1983, il est le premier homme à sortir de son école. Sage-femme, un métier qu'il a choisi dans son cursus d'infirmier pour son approche très complète : "On a beaucoup plus de responsabilités, nous confie Patrick. C'est cet aspect médical qui m'intéressait, de prise en charge de la mère et du nouveau-né qui sont des êtres très vulnérables mais également très passionnants".

À l'heure actuelle, certaines maternités du pays refuseraient encore d'engager des hommes sage-femmes. Mais ce type de discrimination tend à disparaître. Du côté des patients, Patrick Denayer est la plupart du temps très bien accueilli même s'il a déjà connu quelques refus. "Sur 33 ans, si j'ai 10 refus cela me paraît beaucoup mais les refus ne viennent pratiquement jamais des femmes, ce sont des maris jaloux qui ne veulent pas qu'un autre homme touche leur femme purement et simplement." 

Mais ses collègues nous l'affirment, sa présence est même un atout pour le service, notamment pour les papas qui se sentent parfois mieux compris.

Eric Dorval, homme de ménage

Dans un tout autre secteur, Eric Dorval exerce lui aussi un métier souvent perçu comme "féminin". Éponge, essuie de vaisselle ou aspirateur sont ses outils de travail. Depuis quelques mois, cet ancien ouvrier à la chaîne est devenu homme de ménage. "C'est bien de nettoyer mais il faut aussi ranger correctement à leur place les affaires des clients pour qu'ils s'y retrouvent. J'aime bien nettoyer et puis il y a le contact humain qui est super !" explique Eric.

À 31 ans, Éric assume pleinement ce métier. Même s'il a dû essuyer quelques commentaires : "Oui, j'ai des amis qui ont rigolé, qui ont dit que j'étais une femme de ménage, qui trouvaient ça marrant. Mais ça ne me fait ni chaud ni froid!"

Dans la société de titres-services de Marcinelle, qui l'a engagé, il est le seul homme sur 10 employés. Et sa patronne Angélique Chedeville, ne regrette pas de lui avoir donné sa chance : "Les clients sont très satisfaits de lui, surtout certaines dames plus âgées qui sont un peu fofolles de lui ! Mais surtout, il fait très bien son travail, ça se passe très très bien."

Chacun à sa manière,  Eric et Patrick sont la preuve qu'aujourd'hui quand on est passionné et compétent, être un homme ou une femme ne change rien.