Sacré-Coeur Mons: jeune prof motivée, elle ne peut plus donner cours de géo en néerlandais

Alice Angot est diplômée en histoire mais pas en géographie
4 images
Alice Angot est diplômée en histoire mais pas en géographie - © RTBF

Les programmes en immersion remportent un beau succès. Encore faut-il trouver des professeurs pour donner ces matières! Les professeurs néerlandophones sont particulièrement difficile à recruter. D'autant plus dans des disciplines en pénurie, comme la géographie. L'école du Sacré-Cœur à Mons en fait actuellement la dure expérience. Et pourtant, le directeur Joël Bierlaire avait dégoté une jeune enseignante qu'il décrit comme "la perle rare, dynamique, motivée, résidant à Mons, appréciée des élèves comme des autres enseignants". Mais voilà, l'enseignante en question, Alice Angot ne dispose pas des titres requis.  Elle est diplômée de la VUB en histoire mais pas en géographie. Pour elle, ce n'était pas un problème, en travaillant beaucoup et en recueillant les conseils auprès de ses collègues, elle a préparé un cours correspondant au programme du secondaire.

Elèves et parents très déçus

Cette situation révolte aussi bien les élèves que leurs parents. Une maman ne comprend pas que l'administration mette des bâtons dans les roues alors que l'enseignante est là, compétente et motivée. Les élèves abondent dans le même sens, ils ont opté pour l'immersion linguistique et se retrouvent à suivre un cours de géographie en français. "Depuis le début de l’année, ça se passe super bien, on est hyper content", raconte Marie. "Du jour au lendemain, on apprend qu’on va devoir rebasculer dans une classe en français parce que la prof n’a pas les titres requis. On passe d’une classe de 9 élèves à une classe de 34 ! Ce n’est pas facile!" "Et c'est frustrant!" poursuit Eunice, 16 ans. "Depuis la 3ème on a pris cette option pour approfondir le néerlandais et peut être après trouver un travail en Flandre. Et là c’est pas possible". Les élèves nous disent qu'ils en veulent à l'administration. "Oui on pense qu'il y a un gros problème niveau enseignement et niveau règle. Pour eux, tout ça, c’est une simple décision. Pour nous, c'est toute l’année qu’on n’aura pas notre option, pas ce qu’on a choisir, pas notre cours en néerlandais. La pénurie est reconnue. Ils savent pertinemment qu’il n’y a pas assez de profs de géo, on a trouvé la perle rare, passionnée et passionnante nous on l’adore et on voudrait avoir un cours de géo comme ça".

 

Un cours dont les jeunes comme leurs parents étaient très satisfaits. Mais l'administration de l'enseignement ne l'entend pas de cette oreille. Pour enseigner la géographie dans cet établissement montois, il faut disposer des "titres et fonctions requis".

Le cours de géographie en immersion est donc pour l'instant supprimé. Les jeunes sont contraints de suivre ce cours en français, tandis que la jeune enseignante a perdu la moitié de ses heures...

Le directeur Joël Bierlaire se fait du souci pour l'avenir des programmes d'immersion en langue néerlandaise. "Déjà au niveau des inscriptions, nous avons beaucoup plus d'inscrits en anglais qu'en néerlandais. Dès le départ, il y a un déséquilibre. Et par conséquent il est très difficile d'offrir à des professeurs des horaires complets, surtout pour des cours comme histoire ou géographie. Déjà l'an dernier nous avions eu beaucoup de difficultés. Cela se reproduit cette année. Les projets d’immersion dans la langue néerlandaise, chez nous au Sacré-Cœur cela devient difficilement tenable ! Mais je sais que nous ne sommes pas un cas isolé", conclut-il.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK