Ryanair refuse qu'un enfant prenne l'avion faute de passeport

Ryanair exigeait un passeport de l'enfant camerounais
Ryanair exigeait un passeport de l'enfant camerounais - © Belga Picture

Bryan, un petit garçon de neuf ans, se réjouissait de partir en vacances rejoindre sa famille d'accueil, dans le sud de la France. Arrivé à l'aéroport de Charleroi, il n'a jamais pu monter à bord de l'avion Ryanair qui devait l'emmener là-bas. D’après la compagnie aérienne, il n’avait pas de papiers en règle…

Bryan vit à un jet de pierre de Bruxelles, à Leeuw-Saint-Pierre. Il est de nationalité camerounaise, mais est né en Belgique. Dans la vie, il a une marraine au service de parrainage laïc. Une marraine avec qui il a l'occasion de passer du temps pour sortir du quotidien, un week-end sur deux. C'est elle qu'il devait rejoindre en avion mais, quand il est arrivé à l'aéroport de Charleroi, lundi, son accompagnatrice a été plutôt mal accueillie. Elle raconte: "On m’a envoyé d’un service à l’autre, en me disant que le petit Bryan ne pouvait pas prendre l’avion. On m’a dit qu’avec Ryanair, ce ne serait pas possible que l’enfant parte s’il n’avait pas de passeport."

Pour voyager, Bryan s'était vu délivrer une carte de résident à la commune. Légalement, les compagnies peuvent exiger un passeport ou une carte d'identité nationale. Cependant, la plupart ne le font pas. David Gering, porte-parole de l'aéroport de Charleroi, dont le personnel est chargé du contrôle, explique: "Le personnel n’a pas trop le choix: il doit appliquer la réglementation de la compagnie aérienne. A l’aéroport de Charleroi, au niveau des pièces d’identité, Ryanair est l’opérateur qui a la réglementation la plus stricte." Une interprétation stricte qui aura valu à Bryan de rester sur le sol belge.

L’accompagnatrice du petit garçon se désole: "C’était la première fois qu’il allait prendre l’avion. On se faisait une fête pour lui et, malheureusement, il n’a pas pu nous accompagner…"

Barbara Boulet – Delphine Wilputte

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK