Rudi Vervoort estime que Pascale Peraïta et Yvan Mayeur doivent être exclus du PS

Le ministre-président bruxellois Rudi Vervoort (PS) estime que Pascale Peraïta et Yvan Mayeur doivent être exclus du Parti socialiste. Selon lui, dans l'affaire du Samusocial, il y a clairement eu une volonté de contourner les règles et le PS ne doit pas prendre de demi-mesure.

"Comme je vois l'affaire se dérouler, je ne vois pas comment on pourrait échapper à l'exclusion d'Yvan Mayeur et de Pascale Peraïta" du Parti socialiste, déclare ce jeudi Rudi Vervoort. Le ministre-président bruxellois ne fait pas dans le détail, il précise que c'est au comité d'éthique de trancher mais que pour lui leur exclusion ne doit faire l'ombre d'un doute.

"Je trouve cela presque indécent"

Une déclaration qui montre une fois de plus que le PS bruxellois ne parle pas d'une seule voix... loin s'en faut. La semaine dernière, en effet, voilà ce que répondait Laurette Onkelinx, la présidente du PS bruxellois quand on lui demandait si Yvan Mayeur devait être exclu du PS : "Je trouve cela presque indécent, cette question. C'est un homme qui a créé des centaines d'emplois de travailleurs sociaux pour s'occuper de la pauvreté à Bruxelles. Il a commis une faute, il a été sanctionné. Il faut que s'arrête la chasse à courre d'un homme qui est à terre".

Les tensions au sein du PS bruxelloise ne sont pas neuves, mais l'affaire du Samusocial les remet sur le devant de la scène. Laurette Onkelinx a ses proches au sein de la section bruxelloise, et elle leur est fidèle. Mais à l'image de Rudi Vervoort, des voix dissonantes se font entendre. Il va donc falloir au plus vite mettre de l'ordre dans les rangs, car les échéances approchent: les communales en 2018 et les régionales en 2019.

La commission de vigilance du PS bruxellois saisie

La commission de vigilance de la fédération bruxelloise du Parti Socialiste a été saisie de la situation du bourgmestre de la Ville de Bruxelles Yvan Mayeur et de la présidente du CPAS de la Ville de Bruxelles Pascale Peraïta, a-t-on appris jeudi à la présidence de la fédération. Une "première réunion" de cette commission est prévue jeudi, a-t-on précisé.

Au PS, ce sont les instances ad hoc des fédérations qui agissent en première instance dans ce type de procédure. La commission de vigilance du parti peut être saisie en appel.

Dans l'affaire Publifin, celle-ci s'était saisie d'initiative des cas Moreau et Gilles qui bénéficiaient d'une sorte de privilège de juridiction eu égard à leur appartenance au bureau du parti.

Étant donné que Pascale Peraïta ne fait pas partie du Bureau du parti et qu'Yvan Mayeur en avait démissionné, l'examen de leur cas sera effectué au niveau de la fédération bruxelloise, a-t-il été confirmé au niveau des présidences tant bruxelloise que nationale du parti.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK