Rixensart en deuil: le bourgmestre Jean Vanderbecken est décédé mardi soir

Jean Vanderbecken lors de la campagne électorale pour les communales de 2012
Jean Vanderbecken lors de la campagne électorale pour les communales de 2012 - © NAP-Rixensart

Les habitants de Rixensart se réveillent ce mercredi matin avec un bien triste nouvelle. Le décès de leur bourgmestre...
Jean Vanderbecken s'est éteint hier soir, à l'âge de 62 ans.
Un décès inopiné qui survient quelques semaines après une opération au poumon.

Jean Vanderbecken était un Rixensartois pure souche. Il y avait monté sa société avant d'embrasser une carrière politique. Longtemps conseiller communal siégeant sur les bancs de l'opposition, il était devenu bourgmestre après les élections de 2006. Des élections qu'il avait remportées avec une liste d'ouverture de tendance cdh-MR. Il avait ensuite rejoint les rangs du MR. En 2012, il avait remis le couvert en décrochant une majorité absolue avec 15 sièges sur les 27 à pourvoir.

Jean Vanderbecken, c'était une personnalité.  Un self-made-man. Il gérait sa commune comme son entreprise.
C'était aussi un homme qui n'avait pas peur de dire ce qu'il pensait. On se souvient de ses sorties à propos de la gestion du dossier RER, chantier qui a causé (et cause encore aujourd'hui) pas mal de soucis aux habitants et navetteurs de Rixensart.  Quand Jean Vanderbecken avait quelque chose à dire, il le disait, et n'hésitait pas à égratigner au passage les ministres de son propre parti. Son caractère sanguin et impulsif, apprécié par certains, réprouvé par d'autres, l'empêchait parfois de rester à l'écoute des critiques.

Jean Vanderbecken, un bon vivant. Jovial, il était une des chevilles ouvrières des fêtes du 21 juillet dans le quartier de Bourgeois. Une fête qui lui avait aussi permis d'assoir sa popularité.

"Jean, c'était un homme bien, un homme de décision," déclare très émue Laurence Rotthier, bourgmestre MR de Lasne, qui le côtoyait notamment lors des conseil de zone de police. "Un homme attentif, à sa famille dont il nous parlait régulièrement.  Un homme avec de l'humour, de la rigueur. C'était un bulldozer, grand, fort, qui n'avait pas peut de foncer pour faire avancer les choses."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK