Sécheresse: onze communes wallonnes toujours concernées par les restrictions d'eau

Suite à une réunion du Centre de crise avec la Direction générale opérationnelle de la Mobilité et des Voies hydrauliques de Wallonie (Sethy), plusieurs dispositions ont été décidées suite à l'état prolongé de sécheresse en Wallonie. Tous les Wallons sont invités à modérer leur consommation d'eau.

Onze communes sont concernées par des restrictions de consommation d'eau. Dix d'entre elles l'étaient déjà — Beauraing, Rochefort, Ciney, Rouvroy, Stoumont, Gouvy, Tintigny, Tellin, Nassogne, Tenneville —, Vielsam est venue s'ajouter à la liste ce 19 octobre. Les mesures de restriction sont les suivantes :

  • le lavage de tous les véhicules, à l’aide d’un tuyau d’arrosage, sauf s’il est effectué par une entreprise professionnelle de nettoyage de véhicules (Ces dernières sont néanmoins appelées à éviter au maximum le gaspillage d’eau) ;
  • le remplissage des bassins, des piscines et des mares ou de tout moyen de stockage individuel (ex : citerne) ;
  • le nettoyage des façades, terrasses, trottoirs, sentiers, rues et rigoles ;
  • l’arrosage des cours, pelouses ou terrains de sport et jardins d’agrément (l’arrosage des potagers reste autorisé);
  • l’arrosage des bâtiments, sauf s’il est effectué dans le cadre de travaux rendant cette opération indispensable ou d’intervention nécessaire à la sécurité/salubrité publique.

Si la pluie ne revient pas d'ici deux à trois semaines, d'autres mesures plus strictes et plus contraignantes pour limiter la consommation d'eau sont envisagées.

La situation reste préoccupante dans différentes communes

C'est le cas à Beauraing où le château d'eau est en sous capacité de 20% depuis l'été et la situation ne s'améliore pas. Le bourgmestre Lejeune scrute le ciel chaque jour : "Tous les jours depuis l'été la SWDE achemine à Beauraing, cinq camions de 30 mètres cubes au départ de Ciney. Ce n'est pas tenable à long terme sur le plan économique et écologique".

Un bourgmestre qui explique que les restrictions se poursuivent pour les habitants qui ne peuvent laver les avant-cours, les terrasses, leur voiture, ni arroser leur jardin avec de l'eau courante.

Pour lui le plus préoccupant c'est que malgré la diminution de la consommation par rapport à l'été, les captages ne se réapprovisionnent pas : "La consommation diminue en raison des jours plus courts, de la chaleur plus basse, le bétail boit un petit peu moins aussi, donc aujourd'hui ce n'est plus essentiellement qu'une question d'alimentation au départ du captage dont le niveau d'eau est trop bas par manque de pluie".

Archive : JT 06/08/2018

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK