Rififi autour des allocations familiales, le jeu de saut d'index divise

A Bruxelles, cette matière dépend de la commission communautaire commune. Le dossier pourrait bien diviser le gouvernement bruxellois.

Le texte du projet de loi fédéral se trouve en ce moment au Conseil d'Etat pour avis. Si le Conseil d'Etat dénie au gouvernement Michel le droit de s'ingérer dans une matière communautaire, que se passera-t’il ? Pourrait-on décider de bloquer les allocations en Flandre et de les indexer en Wallonie? Et qu’en adviendrait-il à Bruxelles, où la commission communautaire commune associe ministres bruxellois francophones et flamands? Or, parmi les ministres flamands, se trouvent des représentants du VLD et du CD&V, partis favorables au blocage de l'index au niveau fédéral. Tandis que PS, CDH et FDF sont opposés à ce blocage. Le dossier est-il pour autant susceptible de semer la zizanie au sein de l'exécutif présidé par le socialiste Rudi Vervoort ? Ce n'est en tout cas pas l'avis de Guy Vanhengel, le Ministre bruxellois des Finances, VLD. Il se réfère au protocole conclu entre le fédéral et les entités fédérées au sujet des allocations familiales. L'accord confie à l'organisme fédéral Famifed la mission de gérer les allocations familiales pour le compte de l'ensemble des entités fédérées jusqu'en 2016 au moins. D'ici là, rien ne change, conclut Guy Vanhengel. Reste à voir si, au sein du gouvernement bruxellois, tout le monde partage cette analyse.

Philippe Carlot

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK