Richard Taxquet doit être rejugé devant les Assises de Namur

Richard Taxquet lors de son procès en 2004.
Richard Taxquet lors de son procès en 2004. - © Belga

L’ancien secrétaire particulier d'Alain Van der Biest a gagné son bras-de-fer devant la Cour de cassation. Celle-ci vient de décider de l'organisation d'un nouveau procès Cools, 20 ans après l'assassinat.

La Cour de cassation a rendu mardi son arrêt. Elle a suivi l'avis de son procureur général. Condamné en 2004 à 20 ans de prison pour sa participation à l'assassinat d'André Cools (NDLR : la Cour européenne des Droits de l'Homme avait estimé pour sa part qu'il n'avait pas bénéficié d'un procès équitable), Richard Taxquet sera bien rejugé devant les Assises de Namur. La Cour de cassation estimant par-là que l'arrêt de la cour d'assises de Liège aurait dû être motivé. ''Pour l’avoir vécu, il sait ce que représente un procès d’assises'', déclare Maître Luc Misson, l’un des avocats de Richard Taxquet. ''Des accusations graves étalées dans la presse, l’énergie que demande une défense… C’est un Monsieur qui est fatigué, qui a été blessé – qui a vécu quelque de dur (des années de prison). Mais malgré cette forme d’épuisement qui est la sienne, il a décidé de se battre courageusement. Je crois que son combat est essentiellement un combat pour retrouver son honneur.''

Rejuger quelqu’un après autant de temps, cela a-t-il du sens ?

Richard Taxquet comparaîtra donc à nouveau devant un jury populaire, à Namur. Mais est-ce que cela a encore un sens de rejuger quelqu'un 20 ans après les faits ? Cela dépend du point de vue évidemment. L'une des parties civiles, Marie-Hélène Joiret (l'ex-compagne d'André Cools), dit vouloir s'en tenir à la vérité judiciaire de 2004, celle qui est ressortie du procès d'assises à Liège.

Par contre, pour Richard Taxquet, c'est différent. L'un de ses conseils, Maître Misson le soulignait. Cela prend tout son sens car il entend clamer son innocence, blanchir son honneur même si c'est au prix d'un nouveau procès lourd, long et médiatisé... avec des conséquences inévitables pour lui et ses proches.

Enfin, il faut aussi être conscient que 20 ans après, certains témoins sont décédés, pour d'autres, les souvenirs se sont émoussés. Il reste bien entendu les déclarations écrites du dossier d'instruction mais on ne peut nier que tout cela n'aura plus la même coloration, la même intensité.

Qu'en est-il des autres protagonistes du procès Cools ?

Il faut faire la distinction entre ceux qui se sont contentés de leur sort et ont purgé leur peine et les autres. A savoir : Mimo Castellino qui a lui aussi introduit un recours devant la Cour européenne des Droits de l'Homme. Si Strasbourg venait à rendre une décision similaire à celle rendue pour Richard Taxquet, il serait lui aussi rejugé. Soit aux côtés de Richard Taxquet, soit seul. Auquel cas, on aurait droit avec Mimo Castellino à un quatrième procès Cools. Voire à un cinquième procès si d'aventure on mettait la main sur Cosimo Solazzo, le dernier accusé, toujours en fuite.

 

Patricia Scheffers

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK