Richard Fournaux n'a pas dit son dernier mot à Dinant

Richard Fournaux quittera son bureau de bourgmestre en décembre
Richard Fournaux quittera son bureau de bourgmestre en décembre - © S. Vandreck

C'est la première fois qu'il s'exprime dans les médias après avoir été détrôné de son siège de bourgmestre de Dinant le soir du 14 octobre, par Axel Tixhon (ID!). Richard Fournaux nous a reçu pour une interview à la maison communale, dans ce bureau qu'il quittera en décembre, après l'avoir occupé pendant 24 ans. "Je me suis volontairement mis à l'écart après les élections car j'en avais besoin physiquement. J'étais extrêmement fatigué pendant et à la fin de cette campagne électorale, confie-t-il. Nous avons énormément travaillé jusqu'en dernière pour faire aboutir toute une série de dossiers". Avec le recul, il reconnait que la gestion de certains dossiers communaux lui a peut-être coûté sa place, ainsi qu'à son équipe: "Je pensais que les Dinantais allaient oublier toutes les vicissitudes qu'on a connues au moment des travaux. Ils n'ont pas pénalisé que les commerçants, qui se sont beaucoup exprimés, mais aussi des parents qui devaient conduire leurs enfants à l'école, les habitants du centre-ville... J'ai un peu payé tout cela aussi et j'en suis conscient". Le bourgmestre sortant évoque aussi les conflits de personnes qui ont compliqué l'élaboration de sa liste pour les communales. "Tout cela doit être digéré, analysé. Il faut aussi voir l'avenir".

J'ai cru que ma carrière politique pouvait s'arrêter

Son avenir immédiat, il se passera au sein du Collège provincial de la province de Namur. Il a accueilli samedi sa désignation en tant que député provincial avec soulagement: "Oui, j'ai cru jusqu'à ce matin que ma carrière politique pouvait s'arrêter ici. Parce que c'est difficile d'être après avoir été". Il sera en charge de l'enseignement, de la formation et des ressources internes. Dinant ne sera jamais bien loin: "Un député provincial est aussi, dans les faits, une sorte de bras armé pour aider chacune des 38 communes de la province de Namur, dont Dinant", affirme-t-il. D'ici là, il présidera son dernier conseil communal. "Je le vivrai avec une extrême émotion", dit-il. Il confirme déjà sa candidature aux élections fédérales et régionales de mai 2049. Et ville de Dinant? Même s'il ne siègera plus au conseil communal, il restera un observateur attentif de ce qui s'y passe. "Et observateur est un terme faible, très faible! souligne-t-il. Je compte y rester actif et peut-être même plus qu'avant". Reviendra-t-il donc dans six ans comme candidat bourgmestre? "Peut-être... ou pour soutenir quelqu'un de nouveau en politique, ou plus jeune". Entre Richard Fournaux et la ville de Dinant, c'est donc loin d'être une page qui se tourne.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK