Rhisnes: une douzaine de travailleuses virées par simple SMS

Voici le petit mot que l'on retrouvait sur la porte d'entrée de Bi Clean.
5 images
Voici le petit mot que l'on retrouvait sur la porte d'entrée de Bi Clean. - © Serge Otthiers

Très mauvaise surprise pour une douzaine de travailleuses de la société de titres-services Bi Clean à Rhisnes. Le jeudi 3 avril au matin, elles ont toutes reçu un SMS leur indiquant que la société fermait ses portes: "Bonjour les filles, à partir de demain plus personne ne travaille chez Bi Clean car l'entreprise ferme. Veuillez appeler les clients pour qu'ils reprennent leur vêtements..."

Voilà le début du message. Avant cela, pendant la nuit du mercredi au jeudi, la direction avait évacué tout le matériel de l'atelier. Pour les employées, le choc a été brutal.

"Ils sont venus déménager tout." Explique Leslie Restiau, l’une des employées. "Il n’y avait plus d’ordinateur, et plus de fer à repasser pour continuer notre travail. C’est la secrétaire qui nous a envoyé le SMS, au nom de la directrice, en nous disant qu’on fermait l’entreprise et par après elle nous a dit qu’elle repartait au Portugal." Depuis la directrice et la secrétaire sont injoignables.

Pour les employées, comme Jessica Francotte, la situation est difficile à vivre. "Nous n’avons pas notre C4, pas de fiches de paie pour le mois de mars. Nous sommes coincées et nous n’avons droit à rien, mais comme tout le monde on a des charges à payer."

La société venait d'être reprise en janvier par une nouvelle direction qui a donc déjà mis la clef sous la porte après deux mois seulement. Certaines employées parlent de soupçons de fraude. Une procédure est en tout cas en cours du côté de l'ONEM pour vérifier si l'entreprise respectait bien les règles en matière de titres-services.

Serge Otthiers

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir