Rétro 2014: le survol de Bruxelles

Le plan Wathelet mise sur une plus grande dispersion des vols, donc des nuisances. Résultat : là où 150 000 Bruxellois étaient auparavant survolés, ils sont désormais près de 400 000 à l'être.
Dans un premier temps, Melchior Wathelet joue la carte de l'apaisement. Mais cette ligne de défense ne tiendra pas longtemps, face à l'ampleur du mécontentement. Le service médiation de l'aéroport reçoit environ 10 fois plus de plaintes qu'en temps normal.

Sans compter l'apparition d'un mouvement citoyen influent. Pas Question, c'est son nom, parvient à mettre la pression bien plus qu'aucune autre association de riverains de l'aéroport n'a jamais réussi à le faire. Son secret ? Une omniprésence sur les réseaux sociaux, dans les conseils communaux, et la clarté d'un message sans cesse martelé par le porte-parole du mouvement Antoine Wilhelmi.

L'idée du moratoire fait son chemin durant la campagne électorale, durant laquelle le survol de Bruxelles devient un enjeu prioritaire. Le parti de Melchior Wathelet, le cdH, y perdra d'ailleurs des plumes.

Ensuite, le sujet disparait un peu de l'actualité, mais pour mieux revenir fin juillet. Sur base de relevés de sonomètres, le tribunal de première instance de Bruxelles donne raison à la région bruxelloise en reconnaissant l'explosion du nombre d'infractions aux normes bruxelloises de bruit. Le gouvernement fédéral est sommé de modifier ses routes aériennes.
Puis, à la mi-octobre, le principe du moratoire est officialisé par Jacqueline Galant, la nouvelle ministre MR de la Mobilité. Mais réactiver les anciennes routes prend du temps, Belgocontrol devrait avoir fini sa tâche en avril prochain.

Jacqueline Galant, elle, pense déjà à l'après-moratoire et cherche des solutions structurelles à travers une concertation. Une large concertation bien nécessaire car le retour à la situation d'avant le 6 février n'arrange pas tout le monde. Les riverains et les communes de l'Est de Bruxelles et de sa périphérie fourbissent déjà leurs armes, eux que le plan Wathelet avait soulagés…

Jérôme Durant

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK