Retour du loup en Wallonie : une attaque très suspecte à Berismenil, près de La Roche en Ardenne

L'attaque s'est déroulée le 5 mars dernier dans une pâture de Berismenil, un petit village situé près de La Roche-en-Ardenne. Une habitante, qui possède quelques moutons d'agrément, a retrouvé une de ses brebis égorgée et presqu'entièrement dévorée. Averti, le Réseau loup wallon a dépêché sur place un agent de la DNF pour relever un maximum d'indices.

"Il s'agit d'un cas très suspect", confirme Alain Licoppe, le coordinateur du réseau loup. "Les traces de pattes laissées par le prédateur dans la neige, les morsures à la gorge et la manière dont la brebis a été mangée sont tout à fait caractéristiques du loup. Mais nous attendons encore la confirmation par des analyses ADN. Un échantillon de salive prélevé sur la carcasse est en cours d'examen dans un laboratoire aux Pays-Bas."

"D'ici quelques semaines nous seront fixés"

Des attaques suspectes sur des moutons ou sur du gibier sauvage, le Réseau loup wallon en a enregistrées beaucoup ces derniers mois. "Il ne se passe pas une semaine, sans que quelqu'un crie au loup" sourit Alain Licoppe. Mais cette fois les indices sont très sérieux. Et surtout les échantillons d'ADN ont été prélevés dans de bonnes conditions. D'ici quelques semaines nous serons fixés."

La probabilité de la présence du loup en Wallonie est très forte. Sa présence au Luxembourg, à quelques kilomètres à peine de la frontière avec la Belgique, a été prouvée par des traces génétiques. Et au nord du pays, la Flandre entière suit depuis quelques mois les déplacements de Naya, une louve d'origine allemande équipée d'une puce GPS. Et il y a dix jours, c'est un jeune mâle adulte qui a été retrouvé mort au bord de la route, à Neeroeteren, renversé par une voiture.  

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK