Restructuration chez Cora: des assemblées organisées ce vendredi dans les magasins

La direction de Cora a annoncé une recapitalisation de 25 millions d'euros.
La direction de Cora a annoncé une recapitalisation de 25 millions d'euros. - © Belga

La direction du groupe Cora souhaite supprimer à terme 120 équivalents temps plein, a affirmé jeudi Myriam Delmée, vice-présidente du Setca au sortir d'une réunion qui s'est tenue dans l'après-midi, à Gosselies (Charleroi), entre la direction et les syndicats au sujet du plan commercial du groupe. A cette occasion, le groupe a également annoncé, selon la responsable syndicale, une série d'autres mesures qu'il comptait prendre pour améliorer la situation du groupe. Celui-ci défend de son côté un "projet commercial et ambitieux" et n'évoque pas de licenciements mais plutôt des "départs naturels".

Lors d'un conseil d'entreprise, organisé mardi dernier, le groupe avait annoncé une recapitalisation de la société s'élevant à 25 millions euros. Il avait par ailleurs démenti vouloir lancer un plan de licenciement collectif.

"Ce que je constate au terme de la rencontre de ce jeudi, c'est que la direction souhaite tout de même se séparer de 120 équivalents temps plein au sein du groupe. Elle compte sur des départs naturels, avec un impact sur les chiffres dès 2017. Je doute que des travailleurs qui ont refusé de partir il y a deux ans et demi lors de la précédente restructuration le souhaitent aujourd'hui", a affirmé Myriam Delmée.

"Les départs évoqués jeudi lors d'une réunion de présentation du nouveau projet commercial entre syndicats et direction du groupe Cora sont des départs naturels qui pourraient intervenir dans les prochaines années", a indiqué Luc Janssens, porte-parole du groupe. Selon ce dernier, ils ont été identifiés sur base d'une analyse de la pyramide des âges de la société. "Ces départs naturels concernent des travailleurs censés partir à la pension dans les années à venir. Ils pourraient effectivement ne pas être compensés par de nouvelles embauches", a-t-il ajouté.

D'après les syndicats, une série d'autres mesures ont en outre été évoquées par la direction. Parmi celles-ci, figureraient la suppression du complément patronal pour maladie ou encore celle du quart d'heure payé, l'augmentation du recours aux étudiants ou celle du nombre de dimanches travaillés.

"C'est une véritable proposition de détricotage des acquis sociaux"

"Ce n'est peut-être pas un plan de restructuration mais c'est une véritable proposition de détricotage des acquis sociaux dans l'entreprise", a encore estimé Myriam Delmée.

L'objectif du plan est, selon la direction, d'améliorer la situation financière du groupe en 2017 et de pérenniser ensuite ses activités. "Il repose non seulement sur une réduction des coûts mais aussi sur des mesures propices à l'amélioration du chiffre d'affaires, sans licenciement", insiste le groupe dans un communiqué. D'autres axes du projet sont la simplification de l'expérience d'achat, l'amélioration des assortiments et la modernisation de la communication.

"Il s'agira entre autres de miser sur la réduction des frais généraux et les économies d'échelle, ainsi que sur la polyvalence des collaborateurs, la baisse du travail intérimaire au profit des ressources internes et le remplacement sélectif des départs", ajoute encore la direction dans son communiqué.

Vendredi, différentes assemblées générales devraient avoir lieu dans les magasins du groupe Cora.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK