Reprise du trafic ferroviaire entre Namur et Bruxelles à partir du 30 août

Suite aux inondations du mois de juillet, certaines zones du réseau ferroviaire restaient impraticables. C’est le cas de la ligne Namur-Bruxelles, où le trafic est toujours interrompu entre Gembloux et Ottignies. Bonne nouvelle pour les navetteurs : le trafic ferroviaire reprendra dès le 30 août.

De Namur à Bruxelles en moins d’une heure dès le 30 août

Une bonne nouvelle annoncée par Infrabel : "La ligne Namur-Bruxelles sera remise en service pour la rentrée. La circulation reprendra sur une seule voie afin de ne pas trop solliciter la voie, et à vitesse réduite, mais avec seulement quelques minutes perdues pour les navetteurs, le plus important étant qu’ils puissent être acheminés à bon port". Des voyageurs qui auront dû être patients, mais qui pourront enfin rejoindre Bruxelles depuis Namur, dans les deux sens, en une cinquantaine de minutes, contre près d’une heure vingt actuellement. Des trajets qui se feront sur une seule voie, en alternance, la seconde voie devant être opérationnelle à partir de la mi-septembre. La SNCB invite les voyageurs à consulter son planificateur de voyages, mis à jour, afin de vérifier les horaires des trains.


►►► À lire aussi : Inondations : le trafic ferroviaire restera perturbé jusqu’au 30 août


 

350 mètres de talus à refaire

Des travaux qui ont pris un peu plus de temps que prévu. En cause : la météo de ces dernières semaines, mais surtout l’importance des dégâts et la difficulté à atteindre certaines zones de travail. C’est à hauteur de Mont-Saint-Guibert que le travail a été le plus conséquent. À cet endroit, les voies surplombent les habitations, parfois d’une vingtaine de mètres. Les ruissellements d’eau ont provoqué des affaissements de talus, sur une distance mise bout à bout de 350 mètres. Des talus qui auront nécessité 15.000 tonnes de roches pour être remis en état.

2 images
La remise en état des talus abîmés par les inondations aura nécessité plusieurs semaines de travail et l’acheminement de 15.000 tonnes des roches. © Infrabel / Benjamin Brolet
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK