Réouverture des frontières : les touristes français vont-ils revenir dans nos gîtes ?

Les gîtes peuvent à nouveau accueillir les touristes depuis la semaine dernière. Et pour les propriétaires habitués à de la clientèle étrangère, la réouverture des frontières européennes ce lundi pourrait bien relancer les réservations. C’est ce qu’espère Michèle Fortunati qui gère quatre chambres d’hôtes aménagées dans une dépendance du château de Ragnies situé entre Charleroi et les Lacs de l’Eau d’Heure : " Nous avons déjà eu pas mal de réservations annulées parce que de nombreux mariages prévus dans la région n’ont pas pu être organisés. Là, ça reprend tout doucement. Nous avons des cyclistes, des amateurs de randonnée pédestre et même des familles avec enfants. "

 

 

3 images
Michèle Fortunati, la propriétaire des gîtes du château de Ragnies © rtbf-Grégory Fobe

Ici 30% des clients sont français. La réouverture de la frontière avec l’Hexagone situé à 15 minutes en voiture est donc très attendue. Afin de les accueillir au mieux, Michèle Fortunati a prévu du gel désinfectant et retiré tout ce qui est superflu dans les chambres : " L’avantage c’est que les lieux sont bien configurés. Chaque chambre a sa propre salle de bains et sa table pour le petit-déjeuner. Même les groupes peuvent rester dans leur bulle. En plus, nous avons un domaine d’un hectare. Donc il n’y a aucune difficulté à respecter les distanciations sociales ! "

3 images
Christine Charue, la directrice de la maison du tourisme " Pays des Lacs " © rtbf-Grégory Fobe

Les touristes français sont aussi très attendus dans la Botte du Hainaut et la région des Lacs de l’Eau d’Heure. " On s’attend à un redémarrage cette semaine explique Christine Charue, directrice de la maison du tourisme " Pays des Lacs " qui propose un outil de réservation aux opérateurs. Jusqu’à présent, les touristes sont à 93% des Belges ! Cela dit, les demandes pour les gîtes sont encore assez peu nombreuses. Cependant, les campings ont clairement du succès. Je pense vraiment que les gens se sentent rassurés d’être dehors. Ils sont parfois un peu stressés et embêtés par les mesures sanitaires qui doivent être appliquées quand le lieu a été occupé juste avant leur venue ! "

Les campings seraient-ils préférés aux gîtes ? Pour cette professionnelle du tourisme, c’est un peu tôt pour pouvoir l’affirmer sachant que depuis 2010, les réservations de dernière minute ont de plus en plus la cote et la crise du coronavirus ne devrait pas que renforcer cette tendance.

Réouverture des frontières dans notre JT 13h de ce lundi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK