Réouverture de l'Horeca dès le 1er mai à Liège : "Nous n'avons pas assez de forces policières pour mettre fin à ces actions"

Une lueur d’espoir pour le secteur Horeca : les terrasses pourront reprendre du service à partir du 8 mai prochain. A Liège, les professionnels du secteur ne comptent pas attendre jusque-là. Plus de cinquante établissements ont prévu de rouvrir leurs portes dès le 1er mai.

Qu’en pense Willy Demeyer (PS), le bourgmestre de Liège ? Interrogé dans l’édition spéciale du journal télévisé ce mercredi 14 avril, il l’affirme : "Je suis responsable de l’ordre public et je constate que nous n’avons pas assez de forces policières pour mettre fin à ces actions-là."

"Si la police intervient avec l’effectif réduit qui est le sien, ça peut poser des problèmes d’ordre public à Liège", ajoute-t-il tout en insistant sur "l’état de détresse" des restaurateurs et cafetiers.

Willy Demeyer explique qu’il a reçu "de manière informelle des signaux du secteur Horeca à Liège" concernant une réouverture au 1er mai. "Et parallèlement à ça, je sais, parce que le chef de la police me l’a dit, que nous n’avons pas l’effectif suffisant pour mettre fin à ces actions si elles se déroulent sur l’ensemble du territoire de la ville."

Faire en sorte qu’il n’y ait pas de troubles sociaux

Le bourgmestre de Liège estime qu’il n’a pas à "soutenir ou à réprouver" ces réouvertures anticipées. "Je suis là pour faire en sorte que la cohésion sociale, le calme et l’harmonie règnent sur le territoire. Faire en sorte qu’il n’y ait pas de troubles sociaux", résume-t-il.

Evoquant la situation du secteur Horeca sur fond de confinement, le socialiste conclut : "Je sais quelles sont leurs charges. Je sais qu’on leur avait fait miroiter le 1er mai qu’ils se sont préparés à cela et qu'ils vont ouvrir. Et je pense que, dans leur esprit, c’est un mouvement social."

Je crois que la solidarité exige de respecter les règles

Pourquoi avoir décidé de rouvrir l'Horeca le 8 mai plutôt que le 1er mai? Le ministre de la Santé Franck Vandenbroucke s'est justifié dans cette interview : "Une semaine cela veut dire un demi-million de personnes vaccinées en plus. Donc un demi-million de gens qui sont protégés."

Que va faire le ministre si des établissements Horeca ouvrent quand même le 1er mai? "C'est évidemment le devoir des bourgmestres de faire respecter les règles. Si aujourd'hui on ne faut pas respecter les règles, c'est très sympathique, mais demain c'est le far-west. On ne veut quand même pas le far-west. Je crois que la solidarité exige de respecter les règles".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK