Première rentrée pour la nouvelle école de Saint-Marc, créée grâce à la mobilisation citoyenne

Rentrée des classes : une nouvelle école à Saint-Marc
Rentrée des classes : une nouvelle école à Saint-Marc - © Tous droits réservés

C’était une rentrée inhabituelle ce matin à Saint Marc. Depuis plus de 10 ans, plus aucune école n’animait la vie du petit village. Mais aujourd’hui, l’effervescence régnait dans le local de la balle pelote. Une nouvelle école vient de voir la jour, grâce à la détermination d’un groupe de parents désireux de voir une nouvelle structure à Saint Marc, et d’un collectif citoyen qui souhaitait recréer du lien dans le village.

Pour Agathe Perrod, cette école est le fruit de huit années de réflexion, de démarche, de travail. Le jour était donc important pour cette maman et ses enfants. "Nous avons rencontré beaucoup de difficultés, le projet n’a pas été simple à mener mais aujourd’hui, je suis très heureuse, c’est un grand jour, nous voyons enfin notre projet se réaliser ! On avait envie que nos enfants bénéficient d’une école qui leur permette d’ être en lien avec la nature, qui entretienne leur envie d’apprendre, leur créativité. Un petit village était le lieu idéal pour la créer, et puis nous habitons tout près, les enfants sont ravis de pouvoir venir à vélo."

Un appel sur Facebook pour réunir le matériel

Un petit noyau de parents et le collectif citoyen Rhizome ont travaillé de concert. Ils sont parvenus à convaincre Bernadette Barnich, la directrice de l’école libre de la Providence de Saint-Servais, de relever le défi.

En quelques mois, la directrice et trois enseignants ont trouvé des locaux, du matériel, ont mené une réflexion sur la pédagogie qu’ils souhaitaient mettre en œuvre, ont sondé les parents de la région. L’intérêt était là, et le nombre d’élèves minimum nécessaire a vite été atteint.

Adeline Rogier, l’institutrice de maternelle, a lancé un appel sur Facebook. Rapidement, les dons sont arrivés. Jeux de société, jeux d’extérieur, livres et BD sont venus remplir les locaux prêtés par la ville de Namur.

Un enseignement différent

Aujourd’hui, 44 enfants sont inscrits. Ils seront répartis dans deux classes. Une maternelle et une primaire. Si certains parents ont choisi l’implantation de Saint Marc pour la proximité, d’autres étaient à la recherche d’un projet pédagogique différent : "Le principe d’enseignement vertical nous a séduit, cela permettra à notre fils d’évoluer à son rythme" nous explique le papa de Morgan. 

Denis Brosteau travaillait depuis 20 ans dans une école traditionnelle. Il a accepté de relever le challenge. Il enseignera avec une collègue aux six années primaires, réunies dans une seule classe. 27 élèves, avec qui il faudra mettre en place une nouvelle approche, ouverte sur l’extérieur, sur la nature.

La pédagogie sera inspirée des pédagogies actives, visant à rendre l’enfant autonome, tout en respectant les prescrits légaux. Durant quelques semaines, enfants et enseignants seront un peu à l’étroit dans leurs locaux, mais la situation est temporaire. Dans deux mois, une fois le permis délivré et les aménagements terminés, des modules préfabriqués seront installés un peu plus loin dans le village.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK