Rénovation des anciens thermes de Spa: les discussions se poursuivent

Un groupe chinois s’intéresse aux anciens thermes pour y faire un complexe mixte comprenant hôtel, logement, commerce et parking. Contrairement à certaines rumeurs, ils ont confirmé leur intérêt. Mais négocier avec un groupe asiatique, cela ne repose pas sur les mêmes règles qu’en Europe, et cela demande du temps.

Notamment parce que les Chinois sont minutieux et veulent avoir leurs assurances sur de nombreux points. A ce niveau, plusieurs éléments n’aident pas à conclure.

Tout d’abord, une nécessaire prise de conscience des Spadois que la réhabilitation du bâtiment ne suffira pas à faire affluer vers la ville d’eau des touristes adeptes de thermalisme et de séjours de luxe. A côté d’une infrastructure de qualité, il est aussi indispensable de proposer à ces touristes un accueil dans leur langue, y compris dans les commerces. Quarante millions de clients potentiels vivent à moins d’une heure de route de Spa, les accueillir en allemand ou en néerlandais apparaît comme une condition sine qua non de succès.

Autre élément qui n’incite pas les Chinois à investir : le plan de mobilité de Spa qui projette de détourner le trafic par la rue de la poste et la rue Servais, encerclant ainsi le bâtiment des anciens thermes, avec les nuisances que cela suppose.

Enfin, autre nécessité : rendre la ville présente sur la carte touristique et immobilière lors des grands messes du secteur. Lors de la dernière foire du tourisme de Berlin, la plus importante du secteur, ou du dernier Mipim à Cannes, le plus grand salon des professionnels de l’immobilier, Spa était absente. Y compris sur la carte de la Belgique.

Olivier Thunus

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK