Rénovation de la Toison d'Or et du boulevard de Waterloo : les futurs Champs-Elysées bruxellois à l'enquête publique

L'avenue de la Toison d'or vue depuis Louise.
3 images
L'avenue de la Toison d'or vue depuis Louise. - © Bruxelles Mobilité

Ce sera certainement l’un des chantiers de la décennie à Bruxelles : il concerne le réaménagement de l’avenue de la Toison d’Or et du boulevard de Waterloo, dans le Haut de la Ville. But : faire de ces deux axes, toutes proportions gardées, les Champs-Elysées bruxellois. Le projet de réaménagement, présenté avant les élections régionales de 2019 entre dans une nouvelle phase, celle de l’enquête publique qui démarre ce mercredi 27 janvier pour une durée d’un mois.

Des trottoirs plus larges, des pistes cyclables, la circulation automobile qui perd une bande circulation dans chaque sens, la fin ou presque du parking en surface… De la Porte de Namur à Louise, c’est tout un espace qui va être repensé, radicalement transformé.

Cyclistes et piétons prioritaires

Les lieux doivent inviter les piétons à la flânerie, tant du côté des commerces grand public (Toison d’Or) que du côté des boutiques de luxe (boulevard de Waterloo). Lorsque la crise du Covid sera passée, ces deux axes seront amenés à accueillir des nouvelles enseignes horeca et donc des terrasses qui n’auront pas pour unique décor des colonnes de voitures.

Le projet prévoit également des bancs, des zones végétalisées, la plantation de 47 arbres, des kiosques alimentaires, un revêtement en granit bicolore (afin de séparer les zones piétonnes des couloirs pour vélos)… La station-service Q8, l’une des rares le long de la Petite Ceinture devra également disparaître. "Le projet prévoit de nouvelles propositions pour l’éclairage et une réflexion sur l’installation d’une ou plusieurs œuvres d’arts", ajoute Bruxelles Mobilité, l'administration régionale des travaux publics.

La fin du projet alternatif des commerçants

Il y a deux ans, l’ancien ministre de la Mobilité et des Travaux publics Pascal Smet (one.brussels, sp.a) vantait la qualité du projet imaginé par le groupement de l'atelier Bruno Fortier avec Polo architects, Arcadis et CityTools. C’est lui qui a remporté le concours international lancé en 2016 avant de peaufiner ses esquisses. En 2019, juste avant les élections, la demande de permis est déposée

Malgré une concertation locale, des riverains et commerçants vont s'opposer et présenter un projet alternatif dessiné par l’architecte Pierre Lallemand. C'est ambitieux : la création d’un jardin de 4000 mètres carrés sur trois étages entre les deux artères. L’auteur du projet imagine d'audacieuses bulles en verre et en bois qui combinent espaces horeca et culturels. Il est soutenu par Beci (Chambre de commerce de Bruxelles) ainsi que la société Interparking.

Mais quelques semaines plus tard, l’administration régionale décide de recaler la demande de permis déposée par Pierre Lallemand. Son dossier est jugé incomplet.

Le projet alternatif des commerçants et de Pierre Lallemand

Le seul projet encore en lice est donc aujourd’hui celui des pouvoirs publics estimé à 10 millions d’euros. Pascal Smet fait toujours partie du gouvernement régional, cette fois comme secrétaire d'Etat en charge de l’urbanisme.

Mais attention : les bourgmestres de la Ville de Bruxelles (Philippe Close, PS) et d’Ixelles (Christos Doulkeridis, Ecolo) avaient publiquement fait état, en novembre 2019, de leurs critiques au sujet des ambitions régionales. Porte de Namur oubliée, minéralisation excessive, espace central à verduriser : les deux mayeurs veulent que le Haut de la Ville soit pensé dans sa globalité. Une manière à l’époque de soutenir les commerçants mécontents ?

Pour le moment, pour des raisons sanitaires, aucune date n’est encore prévue pour la commission de concertation. Vu le contexte Covid, les opposants ne pourront de toute manière pas s’y présenter en masse. "Dans l’hypothèse d’une pétition, d’un comité de quartier ou d’un autre type d’association, le nombre de personnes admises à la commission de concertation est limité à deux par pétition, par comité de quartier ou par association", précise la Ville de Bruxelles.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK