Renipont, entre plage, nage et dépannage de piscines confinées

Une partie du club de natation de Woluwé-Saint-Pierre, derrière son responsable Olivier Bresoux
5 images
Une partie du club de natation de Woluwé-Saint-Pierre, derrière son responsable Olivier Bresoux - © Tous droits réservés

C’est une des annonces du Conseil National de Sécurité de ce mercredi 24 juin : la confirmation de la réouverture des piscines, à partir du 1er juillet prochain. Une réouverture soumise à un protocole sanitaire dont les détails seront communiqués prochainement.

Pour certains bassins, cette réouverture pourrait prendre un peu plus de temps que prévu. Avant le grand plongeon de reprise, il faudra tenir compte de nombreux facteurs financiers, pratiques et logistiques. Mais aussi de l’avis des autorités locales. Il faudra notamment effectuer des contrôles de qualité d’eau, mais aussi, aménager les lieux afin de respecter les mesures sanitaires de circonstance.

En attendant, des clubs de natation s’entraînent ailleurs, en plein air ! C’est le cas du Cercle de natation de Woluwé-St-Pierre (Cercle de Natation Sportcity Woluwé). Depuis environ un mois, tous les mercredis, ses affiliés nagent dans l’étang de Renipont, à Lasne.

Renipont, côté sports

C’est à quelques mètres de la plage de Renipont, dans l’étang voisin de celui bien connu des habitués de sable fin et des espaces de détente, que le club bruxellois vient s’entraîner. "En temps normal, pendant l’année, nous nageons à raison de huit séances par semaine en piscine. Du jour au lendemain, en raison de la crise sanitaire, nous nous sommes retrouvés au repos", explique Olivier Bresoux, responsable de ce club qui forme notamment des nageurs pour le championnat de Belgique.

"Pour éviter de rester les bras croisés, nous avons d’abord organisé par visioconférence des séances d’entraînement à sec. Certains y ont adhéré, d’autres moins. Ensuite, l’occasion s’est présentée de venir ici à Renipont, les mercredis, de 14 à 18 heures. C’était surtout l’occasion de permettre aux nageurs de retrouver l’eau, de bouger dans leur milieu de prédilection et de se retrouver entre collègues. C’est un petit entraînement, pour rester motivé en vue des prochaines compétitions. C’est mieux que rien, mais évidemment, cela ne remplace pas nos séances habituelles, beaucoup plus intenses".

Nager en milieu méconnu

Ces séances devraient donc éviter à certains affiliés de décrocher complètement, après cette longue période de fermeture des piscines. Mais ces entraînements en plein air sont également une expérience insolite pour les jeunes sportifs, comme l’explique Meda, 15 ans : "La température de l’eau change. Il y a deux semaines, l’eau était glacée. Aujourd’hui, cela va mieux. D’un endroit à l’autre aussi, la température peut changer. Autre différence avec notre bassin habituel : il n’y a pas de repères. On ne sait pas à quelle distance on se trouve, où est le départ, où l’on peut effectuer un virage, etc. On ne peut pas faire de sprint. L’eau est trouble aussi. Il y a de la vase, des algues, des canards et des poissons. C’est vraiment spécial. Cela ne vaut pas notre piscine, mais c’est une solution temporaire que nous apprécions tout de même, pour profiter de l’eau".

Pour Arabella, 12 ans, "la boue, les algues et l’impossibilité de voir le fond de l’étang, tout cela, c’est un peu perturbant. Mais l’expérience vaut le détour, les mercredis, en attendant le retour à la piscine couverte".

Depuis plusieurs semaines, d’autres clubs de natation profitent aussi du site de Renipont. C’est aussi le cas d’Alexis, membre d’un club de triathlon, pour qui l’étang "constitue un milieu d’entraînement vraiment intéressant".

Renipont, côté détente

Mais Renipont reste avant tout un lieu de détente très apprécié des amateurs de sable fin, de baignade, de jeux d’eau et de pauses rafraîchissantes en terrasse.

Ce mercredi, sous un soleil de plomb et à une température de 30 °C, le public était venu en nombre. "Nous avons rouvert depuis quelques jours, et c’est un plaisir de retrouver les habitués et les gens de passage", commente Patrick Van Den Bogaerde, gérant du site.

"Nous respectons les mesures sanitaires des autorités. Mais je pense aussi que nos visiteurs doivent avant tout se comporter convenablement. Nos serveurs et nos autres collaborateurs portent un masque. Vu la situation, nous acceptons moins de monde simultanément, même si nous avons légèrement agrandi le site. Quant à la présence des sportifs à proximité des amateurs de plage, cela ne pose aucun problème".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK