Région bruxelloise : 3000 places à créer dans l'enseignement technique et professionnel d'ici 2025

Région bruxelloise : 3000 places à créer dans l'enseignement technique et professionnel d'ici 2025
Région bruxelloise : 3000 places à créer dans l'enseignement technique et professionnel d'ici 2025 - © SISKA GREMMELPREZ - BELGA

Faire de la place dans les écoles pour tout le monde, cela demande de l'anticipation. La région bruxelloise a demandé a son Service Ecole de se pencher sur la question, avec comme horizon 2025. Avec l'appui de Brussels Studies Institute et l'Institut Bruxellois de Statistique et d'Analyse, le Service Ecole a estimé le nombre de places nécessaires en 2025 dans l'enseignement secondaire en Région bruxelloise.

Quels seront les besoins en 2025? 

Les deux instituts ont réalisé des projections de la population scolaire en 2025 et les ont confrontées aux projets d'écoles, projets en cours et programmés. La difficulté, c'est qu'il n'existe pas de cadastre de l'offre scolaire en région bruxelloise, ni dans l'enseignement fondamental ni dans le secondaire. Pour cela, il faudrait faire une enquête école par école. Le groupe de travail est alors parti du fait que "la population scolaire actuelle correspond à l'offre, étant donné que nous sommes dans une situation de saturation", explique Julie Lumen, facilitatrice Ecole. 

D'ici 2025, on devrait compter, selon les projections réalisés par l'IBSA, 19.500 élèves supplémentaires dans l'enseignement secondaire. Ils sont autour de 97.000 aujourd'hui. Globalement, les besoins seront rencontrés "si l'on prend en compte les projets de construction qui sont sur la table", explique Julie Lumen. "Mais ces projets sont parfois encore de l'ordre de l'intention, certains n'ont pas encore de permis d'urbanisme déposé. C'est une position très volontariste, on part du principe que tous les projets se réaliseront et qu'il n'y aura aucune destruction de places, c'est à dire pas d'écoles qui doivent fermer de places par exemple parce que des bâtiments nécessitent d'importants travaux de rénovation". C'est le Nord-Ouest de la Région qui souffrira le plus du manque de places. Des communes comme Jette, Molenbeek ou une partie de Bruxelles-Ville qui concentrent la croissance de la population la plus importante en âge de scolarité, des communes accessibles aussi.

Un déficit de 3000 places à l'horizon 2025 dans l'enseignement technique et professionnel

L'étude permet par contre de constater que si rien ne bouge, il y aura un déficit très important à combler dans l'enseignement technique et professionnel. Un déficit évalué à 3000 places à l'horizon 2025. Ici, le manque de places sera important au niveau de Schaerbeek et Evere. 

Parmi les pistes de solutions, des campus scolaires

L'étude propose des pistes de solutions: 

A commencer par respecter les projets de places qui sont dans les cartons. Julie Lumen détaille: "C'est la première des priorités, que les projets qui sont dans les cartons se réalisent et que l'on ne perde pas de temps. Il y a aussi l'idée d'identifier d'autres projets: soit la création de nouvelles places dans des nouveaux bâtiments mais cela peut aussi être un travail sur une re-mobilisation des établissements qui aujourd'hui disposent encore de places mais ne rencontrent pas de demandes. Par remobiliser, le Service Ecole entend redonner un nouvel attrait à certaines écoles et à leur environnement direct. 

Autre idée dans les cartons: travailler sur le concept de campus scolaire. Julie Lumen explique : "C'est ce qui va se passer au CERIA où une école de 1500 places va venir compléter l'offre importante d'enseignement. Cela peut être un modèle pour l'avenir. Pour nous, ce qui est important, c'est que l'école soit une expérience urbaine réussie. C'est à dire de pouvoir localiser les écoles et que les jeunes se sentent bien dans leur école, dans leur enseignement bien sûr, mais également  dans un quartier développé pour les accueillir, pour qu'ils puissent y faire du sport, avoir accès à la culture dans un environnement proche". 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK