Refus de la levée d'immunité d'Alain Mathot: comment l'expliquer?

Le dossier contre Alain Mathot ne serait pas si solide
Le dossier contre Alain Mathot ne serait pas si solide - © VIRGINIE LEFOUR - BELGA

La commission des poursuites de la Chambre s'est prononcée ce jeudi contre la demande de levée d'immunité parlementaire d'Alain Mathot. Le résultat du vote est identique à celui de la semaine dernière: 5 contre, 2 pour la levée d'immunité. 

Un refus de levée d'immunité un peu étonnant. Voici quelques clés pour mieux comprendre.

Premier élément : qui est Alain Mathot ?

C’est d’abord le maître d’un fief, reçu comme en héritage. C’est le fils de son père. C’est le bourgmestre des Sérésiens. C’est un municipaliste, très motivé par le redéploiement de sa ville, dans l’après-sidérurgie. C’est également un député très impliqué dans la commission des Finances, à la Chambre.

Et de quoi voudrait l’accuser la justice liégeoise ?

De corruption et de blanchiment, à l’occasion de la construction d’un incinérateur à ordures. C’est une longue et vaste enquête qui a abouti à son inculpation. Et c’est indéniable que des indices, les enquêteurs en ont trouvé.

Alors pourquoi ses collègues parlementaires, et surtout les membres de la N-VA, refusent-ils qu’un socialiste wallon soit traduit en procès correctionnel ?

La réponse leur appartient. Les observateurs en sont réduits à des hypothèses. La presse a évoqué une connexion immobilière entre le PS liégeois et la N-VA anversoise. De quoi s'agit-il ? Il s'agit d'un fonds de pensions, OGEO, qui récolte les cotisations de plusieurs intercommunales liégeoises, et qui investit dans la brique, aux quatre coins du pays, à l’étranger, et dans la métropole anversoise.

De là à imaginer que Bart De Wever ait pu demander aux représentants de son parti à la commission des Poursuites de ne pas être sévères envers Alain Mathot, le pas est allègrement franchi. Mais quiconque connaît le dynamisme immobilier des Anversois mesure qu’ils n’ont pas besoin, vraiment, d’amadouer les Liégeois.

Alors quoi ? Que faut-il envisager ?

Il faut envisager que le dossier n’est pas si solide qu’il n’en a l’air.

D’abord, il faut souligner qu’au moment de l’attribution de ce marché public, le jeune Mathot n’est encore nulle part en politique. Il est un petit conseiller communal flémallois, même pas dans sa ville natale. Il n’a pas de levier d’influence, il n’a pas le moindre mot à dire dans l’octroi du contrat. Par contre, l’entourage de son père, oui.

Dans Intradel, qui gère les déchets de l’agglomération liégeoise, il y a l'un ou l'autre ex-collaborateur de Guy Mathot. Et puis, un étrange personnage rode aux alentours, c’est l’homme d’affaires Léon Deferm, ami de Guy Mathot, déjà cité comme intermédiaire douteux dans le scandale des hélicoptères Agusta.

L’enquête a permis d’établir qu’il a reçu des fonds, non déclarés, de la part du directeur du groupe français qui a construit l’incinérateur pour Intradel.

Des commissions opaques, avec détours par des paradis fiscaux. Ensuite ce Léon Deferm a octroyé de somptueux cadeaux à Alain Mathot, des vacances sur un bateau luxueux, et ce genre de choses. Mais il se trouve que le richissime Léon Deferm est le parrain d’Alain Mathot, et qu'il a l'habitude de gâter son filleul.

Alain Mathot a-t-il su la provenance précise de cette générosité ?

C'est toute la question. Au-delà des apparences, des proximités, existe-t-il un élément matériel qui prouve un pacte corruptif ? Existe-t-il un élément matériel qui établisse qu'Alain Mathot a posé un acte pour appuyer un candidat auprès d'Intradel ? Pas selon ce que la RTBF en a lu. 

Pas étonnant dès lors, que, vue du Parlement, l'attitude du juge d'instruction ressemble furieusement à "si ce n'est ton père, c'est donc toi".

Et, au passage, dans cette histoire, la N-VA jette le discrédit sur la manière dont les magistrats belges s'occupent des criminels en col blanc...

La N-VA est quand même proche du patronat flamand. Et allonger la liste des ratages d'enquêtes financières, ça ne peut que plaire à une partie de son électorat.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK