Réfection de la Nationale 6 à Quévy: un chantier pas très respecté

La longueur des files fait perdre patience à certains automobilistes
La longueur des files fait perdre patience à certains automobilistes - © M. Cerisier

Fanny habite Quévy et emprunte régulièrement la Nationale 6 Mons-Maubeuge, une chaussée actuellement en cours de réfection et sur laquelle sont installés deux feux de chantier consécutifs. Un soir, cette mère de famille a eu une grosse frayeur: "Quand j’ai redémarré après que le feu soit repassé au vert, un véhicule est arrivé dans l’autre sens. Il avait vraisemblablement brûlé le feu et ne respectait pas du tout la signalisation. J’ai pu me mettre à temps sur le côté et éviter la collision, mais ça fait peur!", raconte-t-elle. Carine, toiletteuse pour chien, installée le long de la route, à Havay, à l’entrée du chantier, est aux premières loges pour observer le trafic: "Les camions roulent à une allure excessive, c’est à celui qui passe le premier ! Les gens passent au feu rouge sans hésiter ou passent même carrément sur la droite, comme s’il n’y avait pas de barrières". 

On circule même sur la zone en travaux

Nous avons contacté l’entrepreneur en charge du chantier, la société Eurovia. Elle nous confirme que ces attitudes l’inquiètent pour la sécurité de ses ouvriers, mais aussi parce que tout cela engendre des heures de travail et donc des frais supplémentaires. Certains vont même jusqu’à enlever carrément les barrières mises en place pour passer sur la zone en travaux. Nous avons nous-même été témoins de comportements similaires: des conducteurs qui préfèrent emprunter la bande en travaux, plutôt que d’attendre que le feu passe au vert pour prendre la déviation mise en place sur la bande de gauche. Il faut dire que la semaine dernière le chantier a été suspendu en raison des températures trop basses pour poser le revêtement. Il devrait se terminer fin de cette semaine. La déviation mise en place ne remporte pas non plus beaucoup de succès. Et la longueur des files à certaines heures peut faire perdre patience à certains...

La police a rappelé à l’ordre à plusieurs reprises les contrevenants, mais n’est pas présente sur place en permanence. Le chantier de la Nationale 6 n’est pas une exception. Sur les seules autoroutes wallonnes, la Sofico a dénombré pas moins de 80 accidents par an sur les chantiers, dont certains très graves voire mortels. Une campagne à ce propos a d’ailleurs été menée sur les autoroutes ce printemps.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK