Recours du PTB-Go! à Charleroi: le Parlement wallon, juge et partie?

Le constat de Germain Mugemangango, la tête de liste PTB-Go ! à Charleroi pour les élections régionales, est simple : l'interprétation de ce qu'est un vote nul est peu précise : ainsi, un bulletin sur lequel on a griffonné mais qui comporte une intention électorale claire peut être déclaré valable. Voilà qui a peut-être induit la confusion lors du dépouillement.

"200 bureaux de dépouillement, cela veut dire 200 interprétations possibles de ce qu’est un vote nul", soulève Germain Mugemangango.

Sans compter, notamment, un dépouillement qui s'est terminé parfois aux petites heures, d'où une vigilance peut-être moins grande. "Partant de ce constat-là, dans les 21 000 bulletins, il doit y en avoir qui ont été déclarés nuls mais qui ne le sont pas."

Mais pour obtenir le nouvel examen de ces bulletins nuls, le PTB-Go ! a appris qu'il devrait s'en référer aux nouveaux parlementaires wallons, installés ce 10 juin et qui examineront la demande dans la foulée. "Le Parlement va devoir statuer sur ce recours. Un recours qui suppose quand même du changement au Parlement wallon puisqu’il devra aboutir en principe à ce que le PTB-Go ! ait deux élus de plus… Là, on est dans la situation où le Parlement wallon est juge et partie."

Le parti de gauche radicale estime ainsi qu'un véritable problème de démocratie se pose. Dans d'autres pays européens, c'est la cour constitutionnelle qui examine, en toute indépendance, ces recours.

Le PTB-Go ! déposera son mémoire de défense d'ici la fin de la semaine au greffe du parlement wallon.

Christine Borowiak

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK