Rebondissement dans l'enquête sur le décès suspect de Pietro Ganci, un habitant de Bierset

La justice liégeoise penche, désormais, pour un acte désespéré suite à une rupture sentimentale, le soir du drame. 
La justice liégeoise penche, désormais, pour un acte désespéré suite à une rupture sentimentale, le soir du drame.  - © JOHN THYS - BELGA

Le corps sans vie de cet homme a été retrouvé dans sa voiture, au fond de la Meuse, à hauteur de Sclessin. La thèse du meurtre a été rapidement privilégiée. Mais, comme le précise Sudpresse ce mardi matin, la justice liégeoise pense qu'il s'agit plutôt d'un suicide. Un acte désespéré suite à une rupture sentimentale.

Cet habitant de Bierset disparaissait le 18 décembre dernier. Inquiète, sa compagne a très vite alerté la police. 

Vu le pedigree de Pietro Ganci, un ancien membre du milieu, condamné à diverses reprises pour des bagarres et escroqueries, l’enquête est confiée à la section "homicides" de la police judiciaire fédérale de Liège.

Sa compagne, qui a signalé la disparition, a très vite été soupçonnée par les enquêteurs. D’abord entendue comme simple témoin, elle est rapidement placée sous mandat d’arrêt pour assassinat, en raison de déclarations bancales, notamment à propos du soir de la disparition. Mais l’autopsie de Pietro Ganci a révélé qu'il ne s'agit pas d'un meurtre. Mise hors de cause, sa compagne est libérée.

La justice liégeoise penche, désormais, pour un acte désespéré suite à une rupture sentimentale, le soir du drame.  

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK