Rassemblement de soutien aux producteurs de Herve à base de lait cru

Rassemblement de soutien aux derniers producteurs de Herve à base de lait cru
Rassemblement de soutien aux derniers producteurs de Herve à base de lait cru - © Tous droits réservés

Quelques agriculteurs, des citoyens, mais aussi des clients de la ferme de Joseph Munnix se sont donné rendez-vous ce matin dans la cour de sa ferme pour soutenir le producteur de Herve à base de lait cru. Sa production vient d'être retirée du marché par l'AFSCA à cause de la présence de la bactérie listeria.

Une file de tracteurs en direction de la ferme de Jospeh Munnix à Battice. Une dizaine d'agriculteurs du pays de Herve se sont rassemblés pour marquer leur soutien à l'un des deux derniers fabricants de fromage de Herve à base de lait cru. Mercredi dernier, il a reçu la visite des contrôleurs de l'AFSCA (Agence  fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire). Sa production a été retirée du marché suite à la présence de la bactérie listeria dans certains des échantillons. Il est en attente de résultats d'analyses complémentaires pour savoir s'il pourra finalement écouler sa marchandise ou s'il devra la faire détruire.

Ce qui inquiète les agriculteurs qui étaient présents mais aussi les habitants et clients de la ferme qui avaient fait le déplacement, c'est la disparition d'un savoir faire et du fromage artisanal. Car il n'existe aujourd'hui plus que deux producteurs de Herve à partir de lait cru. Jospeh Munnix compte arrêter sa production, car il s'estime victime de contrôles à répétition.

Une pétition de soutien au Herve traditionnel a également été lancée par le petit-fils de l'agriculteur. Elle a déjà recueilli plus de 4570 signatures.

L'AFSCA se défend de vouloir couler les petits producteurs. Elle affirme justement être plus souple avec eux qu'avec des grands groupes industriels. Mais elle estime que la bactérie listeria est très dangereuse pour la santé. L'agence fédérale applique donc la tolérance zéro dans le domaine.

Benjamin Carlier

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK