Rassemblement d'étudiants épuisés à Namur: "L'écran, ce n'est pas toute notre vie!"

Les étudiants réclament notamment 50% des cours en présentiel.
Les étudiants réclament notamment 50% des cours en présentiel. - © Hugues Van Peel - RTBF

Les étudiants en ont assez du confinement et ils le font savoir. Ce dimanche matin, une quarantaine d’entre eux se sont rassemblés dans le centre de Namur pour témoigner de leurs conditions de vie difficiles. Ils réclament notamment 50% des cours en présentiel et un meilleur encadrement psychologique. Mais ils ont l’impression pour l’instant de ne pas être entendus par les responsables politiques.

"On en a marre d’être huit heures par jour devant nos écrans, proteste Mael, organisateur de l’événement. Cela devient de plus en plus compliqué, socialement, psychologiquement et même financièrement pour tous les étudiants. On a entendu vendredi que les ministres ont décidé de ne rien décider. Eh bien nous avons décidé qu’il était temps de se mobiliser et d’essayer de faire bouger les choses."


►►► Comité de concertation : la douche froide aussi dans l’enseignement supérieur


"Nous, on s’était fait une idée de la vie étudiante, les TD, les soirées… Et maintenant on se retrouve devant notre ordinateur toute la journée, c’est vraiment dur, confirme Marie. On a vraiment ce sentiment qu’on laisse la jeunesse de côté et qu'on est en train de perdre les plus belles années de notre vie."

En présence d'Adélaïde Charlier

Parmi les protestataires, il y avait Adélaïde Charlier, célèbre militante pour le climat. Elle est inscrite à la faculté des sciences politiques et sociales de la VUB.

"On a besoin d’être dehors et de s’engager dans autre chose, explique-t-elle. L’écran, ce n’est pas toute notre vie. Au début, c’est toujours acceptable, mais là ça va faire un an et on se dit que notre vie ne peut pas ressembler à ça. Avant, il y en a beaucoup qui me disaient qu’avec mon activisme pour le climat, je ne vivais plus ma vie d’étudiante. Mais en fait je la vivais, c’est la crise du corona qui ne me permet pas de vivre ma vie d’étudiante."

Le rassemblement s’est déroulé dans le calme et a pris fin aux alentours de midi.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK