Ransart: casser la croûte et ses préjugés sur le handicap à la cantine inclusive "Paprika"

Virginie peut compter sur l'aide de Grâce: en cuisine, comme en salle.
3 images
Virginie peut compter sur l'aide de Grâce: en cuisine, comme en salle. - © P.W. - RTBF

À Ransart, dans la commune de Charleroi, une cantine pas comme les autres va ouvrir ses portes au public. Le restaurant "Paprika" existe déjà depuis deux ans. En salle, comme en cuisine, des personnes handicapées assurent une partie du service aux côtés de deux salariés.

Chaque jour, une quinzaine de résidents de "La Canopée", une institution d’accueil, viennent y manger. Désormais, tout le monde pourra s’y restaurer. Du moins, un jour par semaine : le jeudi, pour commencer. La formule pourra s’étendre par la suite selon le succès rencontré et la disponibilité des équipes.

Un petit coup de main aux fourneaux avant de retourner à la plonge. Manuel est ravi de faire partie de l’équipe du restaurant : "Ça m’occupe. Ça me fait penser à autre chose. Ça me fait gagner de l’argent…"

Cinq euros pour quelques heures de travail. C’est symbolique, mais ça vient en plus de leur allocation. Plusieurs résidents s’investissent dans cette cantine. Grâce est en train de sortir les plats du four. "Il y a des chicons, de la purée et des brochettes de crevettes. C’est très bon !"

Bon pour la confiance

Consciencieuse en cuisine… Grâce préfère malgré tout la salle. "Parce que je suis une femme accueillante, donc ça me permet de communiquer avec les clients".

Virginie Van Hecke est responsable de la cantine. Au fil du temps, elle voit grandir ses assistants : "Ils ont confiance en eux. Ils prennent des initiatives qu’avant ils n’auraient pas prises".

Ouvert chaque jeudi

Durant deux ans, le restaurant accueillait exclusivement d’autres résidents. Désormais, les clients extérieurs sont les bienvenus chaque jeudi sur réservation. Et ce n’est pas tout. Une fois par mois, des clients précarisés y seront accueillis, en partenariat avec la Ville de Charleroi.

Pour Ulrich Richard, directeur de "La Canopée", ces nouveaux publics pourront manger un repas démocratique – 10 euros le menu - dans un cadre accueillant tout en rencontrant des personnes porteuses de handicap dans un contexte particulièrement positif.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK