Quota de 1000 nouveaux logements atteint pour la Ville de Bruxelles

Pour lancer ces nouveaux chantiers, la ville et sa régie foncière, chassent en permanence les terrains à bâtir
Pour lancer ces nouveaux chantiers, la ville et sa régie foncière, chassent en permanence les terrains à bâtir - © RTBF - Delphine Hotua

La Ville de Bruxelles va construire 148 logements supplémentaires. Elle a atteint son quota de 1000 nouvelles habitations, promis en début de législature, même si certaines sont toujours en construction. Mais elle ne souhaite pas s'arrêter là pour autant.

À la rue Haute, on compte 33 studios. Rue du lombard, il y a quatre appartements. L'échevin socialiste Mohammed Ouriagli énumère avec satisfaction les 148 logements en projet sur Bruxelles ville. Pour lancer ces nouveaux chantiers, la ville et sa régie foncière, chassent en permanence les terrains à bâtir. ''C’est de plus en plus difficile. Il y a une raréfaction des terrains sur la région, mais il n’empêche qu’il y en a encore. La ville essaye donc d’acquérir et de se reconstituer une réserve foncière. On essaye d’acheter des terrains quand il y a des opportunités. Mais on ne se focalise pas que sur les terrains, on essaye aussi d’acheter des bâtiments dans le pentagone. De toute façon, vu la poussée démographique, il va falloir trouver des solutions et être astucieux. On n’a pas le choix.’’

Comme pour les mille logements précédents, tout le monde va y gagner, insiste Mohammed Ouriagli : les habitants qui cherchent un toit, les entreprises de construction qui collaborent avec la ville, et la ville elle-même parce que ce sont surtout des logements pour ménages à revenus moyens, et donc des contribuables intéressants, admet l'échevin.

Paradoxe, dans la région c'est surtout la population à faibles revenus qui grandit. Elle n'aura accès qu'à une minorité des nouveaux appartements, un tiers maximum. Pourquoi pas plus ? La ville fait déjà beaucoup pour alléger les loyers de ménages pauvres, elle ne peut pas faire davantage, répond l'échevin. Récemment, ce choix politique faisait réagir le rassemblement bruxellois pour le droit à l'habitat, une plateforme d'associations, perplexe en voyant s'élever les logements moyens tout neufs près de logements sociaux défraichis et ultra-pleins.

Ces logements seront prêts en 2014, si tout va bien.

Myriam Baele

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK