Quinze millions d'euros pour aider les poissons à remonter la Meuse

L'échelle à poissons de Lixhe, à la frontière avec les Pays-Bas.
L'échelle à poissons de Lixhe, à la frontière avec les Pays-Bas. - © RTBF - Robin Duculot

Dans son nouveau plan d'investissements infrastructurels 2019-2024, la Région wallonne a prévu 15 millions d'euros pour construire de nouvelles échelles à poissons le long de la Meuse. C'est un plan qui a démarré dans les années 80' déjà et qui vise à lever les uns après les autres tous les obstacles empêchant les poissons, les saumons en particulier, de remonter le fleuve ainsi que ses affluents.

De très gros aménagements ont déjà été réalisés en Province de Liège : Lixhe (ndlr voir notre photo), Monsin, Yvoz-Ramet, Ampsin... Chacun de ces barrages est désormais aménagé pour permettre aux poissons de remonter le courant. 

En poursuivant la remontée du fleuve, c'est maintenant au tour de la Province de Namur d'être équipée. Les deux plus gros chantiers sont situés aux barrages d'Andenne et "des Grands malades" à Namur : 3,6 millions d'euros pour chacune des échelles à poissons. Viendront ensuite La Plante, Houx, Hun, Dinant et Anseremme.

Ce n'est pas que pour le saumon

Au terme de ce programme, virtuellement, les poissons migrateurs, comme le saumon, qui se reproduisent en rivière mais passent l'essentiel de leur existence en mer, auront à nouveau accès à l'ensemble du bassin de la Meuse jusqu'en France. Un des objectifs c'est de permettre au saumon atlantique de se reproduire à nouveau dans les rivières wallonnes : l'Ourthe, l'Amblève, le Samson, la Lesse, la Semois...

"Le saumon est l'espèce emblématique de ce programme, explique Michaël Ovidio, professeur à l'Université de Liège, un des responsables scientifiques du projet, mais le bénéfice écologique est beaucoup plus large. Tous les poissons qui peuplent nos rivières  en profiteront, une cinquantaine d'espèces." A commencer par l'anguille européenne, qui est en voie de disparition chez nous.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK