Quiévrain: des listes "ouvertes" pour contrer la majorité absolue du groupe CHANGER

Commune frontalière, Quiévrain est depuis 2012 aux mains du groupe CHANGER. Apparenté au MR, le groupe a décroché la majorité absolue au lendemain du scrutin d’octobre 2012: 50,48% des voix, soit 9 des 17 sièges que compte le conseil communal. Une majorité absolue, très courte, que le groupe n’a pourtant pas souhaité ouvrir. Les bancs de l’opposition se partagent donc entre le groupe EpQ Ensemble, poussée par l’ancien bourgmestre et réunissant des élus PS et Ecolo, (7 sièges) et le groupe cdH plus (1 siège).

 Nous avons réalisé près de 80% de notre programme 

La bourgmestre, Véronique Damée, proche de Jacqueline Galant, avait créé la surprise en 2012 en obtenant le meilleur score personnel (1046 voix de préférence). Elle repart en campagne avec la même équipe: "Nous formons une bonne équipe, nous nous entendons bien. Et, qui plus est, nous avons réalisé près de 80% de notre programme", se félicite-t-elle. La liste CHANGER comporte des candidats étiquetés MR et des candidats d’ouverture. Pour ce qui est du programme, la création de nouvelles places de parkings, l’organisation de festivités (fête de la bière, parade de noël…) ont notamment, selon Véronique Damée, contribué à la redynamisation de la commune. "Quiévrain est tombée tellement bas qu’on a eu beaucoup à faire. Si nous pouvons refaire un mandat, nous pourrons mener tous nos projets à bien et redonner une autre image de Quiévrain", poursuit la bourgmestre. Sa principale priorité : relancer le commerce et surtout continuer le mouvement initié en 2012.

L’opposition dans les starting-blocks

"Véronique Damée est une directrice événementielle incroyable, mais toutes ces fêtes sont un cache-misère. La majorité n’a aucun projet d’avenir!", réplique Vincent Coulon. Conseiller CPAS indépendant, il anime depuis le milieu de la mandature une page Facebook plutôt critique à l’égard de la majorité actuelle. Le projet de créer une liste d’opposition a rapidement vu le jour: "Il s’agit d’une liste 100% citoyenne, qui ne compte que des candidats d’ouverture. La condition pour y figurer est de n’avoir jamais été candidat à une élection précédente", insiste-t-il. Fils d’un ancien bourgmestre, l’homme n’est, cela dit, pas tout à fait novice en la matière. LSD (Liberté, Solidarité, Démocratie), nom volontairement provocateur a laissé sa place au plus sobre UpQ (Unis pour Quiévrain). Elle souhaite promouvoir l’emploi, le sport, le logement, les aînés et la revitalisation des zonings. 

La commune doit mettre davantage ses atouts en valeur 

Concernant le bilan de la majorité, le constat de Jean-Pierre Landrain, dans l'opposition, tête de liste PS, est plus ou moins le même: "On ne peut pas dire que le bilan soit tout à fait négatif, mais beaucoup de promesses n’ont pas été tenues par la majorité. C’est vrai qu’il y a eu beaucoup de festivités organisées, mais cela n’est pas suffisant pour changer l’image de la commune", commente-t-il. Le candidat socialiste pointe du doigt les manquements en matière d’aménagement du territoire, notamment le manque de terrains à bâtir. "On compte peu de nouveaux habitants. La commune devrait mettre davantage ses atouts en valeur pour se rendre plus attractive".

Ecolo, qui les accompagnait en 2012 sur la liste de cartel EpQ Ensemble, a décliné l’offre. "Les forces politiques en présence à Quiévrain ont évolué", constate Jean-Pierre Urbain, qui emmène la liste Ecolo. S’ils se dit globalement satisfait des projets menés par la majorité depuis 2012, il se montre aussi critique envers la multiplication des festivités: "Elles ne doivent pas être des instruments de mise en évidence de la majorité! Tout cela n’a eu aucun effet sur le commerce ou l’arrivée de nouveaux habitants".

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK