Quiévrain: 700 kg de nourriture pour les plus démunis jetés à la poubelle

L’Afsca a fait une descente au domicile de la présidente d’une ASBL caritative.
L’Afsca a fait une descente au domicile de la présidente d’une ASBL caritative. - © SISKA GREMMELPREZ - BELGA

C'est une décision de l'AFSCA, l'Agence pour la sécurité de la chaîne alimentaire. Elle est descendue dans les locaux d'une ASBL caritative qui donne de la nourriture à une trentaine de familles à Quiévrain.

Les agents de l'Afsca ont débarqué à l'improviste au domicile de Joëlle Courtoys, la présidente de l'ASBL "Vivres et livres". A son domicile, car l'ASBL a perdu son local il y a peu. La présidente a donc déménagé les quatre congélateurs de l'association chez elle.

C'est un anonyme qui l'a dénoncée auprès de l'Afsca. L'agence lui reproche notamment de ne pas distinguer les vivres privés de ceux destinés aux familles démunies. Certains produits étaient aussi périmés.

Joëlle Courtoys se défend ce matin dans les pages de Sudpresse : les produits périmés étaient congelés, explique-t-elle.

Mais l'Afsca est très rigoureuse à ce sujet : la congélation doit se faire au plus tard un jour avant la date de péremption. La date de congélation doit également apparaître sur l'emballage.

Il semblerait que l'ASBL ne respectait pas toutes ces règles (mauvais étiquetage, produits mal congelés…). Résultat : pas moins de 40 sacs poubelles remplis de vivres ont dû être jetés, les congélateurs sont sous scellés. Et les 30 familles bénéficiaires ne sont plus approvisionnées (chaque semaine, l’asbl distribuait une caisse de vivres contre 8 ou 10 euros).

L'Afsca précise qu'il y avait bien urgence à agir, les conditions d'hygiène n'étant pas respectées. L'agence a renvoyé les produits encore consommables vers la Banque alimentaire de Tournai.

La présidente de l'ASBL, de son côté, est dégoutée. Elle a d’ailleurs décidé de cesser les activités de son association.

Guillaume Guilbert, Laura Canducci et Thomas Rorive

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK