Quévy : trop peu de policiers de proximité, regrette la bourgmestre

La bourgmestre de Quévy regrette le manque de policiers de proximité sur sa commune.
La bourgmestre de Quévy regrette le manque de policiers de proximité sur sa commune. - © Belga

Florence Lecompte estime en effet qu'il n'y a plus assez de policiers présents sur le terrain dans sa commune, qui fait partie de la zone Mons-Quévy. Les effectifs des deux commissariats de proximité ont été réduits. De 14, ils sont passés à 9. La bourgmestre veut revoir passer les combis dans sa commune.

Sur le papier, cette police de proximité ne dispose plus que de 9 effectifs, contre 14 il y a quelques années. Mais dans les faits, nous dit le commissaire Eric Demoustier (responsable du commissariat de proximité), ''nous sommes à peu près la moitié''. Car lorsqu’on additionne les personnes malades, celles en congé ou les autres parties en formation, le commissariat se dépeuple rapidement.

Des absences sur le terrain que déplore la bourgmestre, Florence Lecompte : ''Il arrive souvent que l’on se retrouve avec aucun policier à Quévy. Au bout d’un moment, mes concitoyens en ont ras-le-bol, et moi aussi. On ne voit plus les policiers. Les gens commencent à se sentir en insécurité. Il faut trouver une solution. Je plaide pour qu’au moins on nous débloque un ou deux hommes supplémentaires. Il faut que l’on récupère nos agents de quartier, un par village au moins !''

Pour le chef de corps de la zone, Marc Garin, les policiers viennent toujours autant à Quevy, mais ce ne sont plus forcément des agents de proximité. ''Pour moi, Quévy est une zone rurale où le niveau de criminalité est faible. Où parfois, c’est vrai, il y a eu un sentiment d’insécurité généré par quelques faits. Mais ceux-ci étaient ponctuels et nous avons réagi rapidement. La preuve : ils ont disparu.''

Avec un cadre incomplet, la zone dit qu'elle peut difficilement faire mieux. A moins que les communes n'y aillent de leur poche.

 

Stéphanie Vandreck

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK