Quevaucamps: une classe de maternelle collaborative et multi-âges

De 3 à 6 ans, dans la même classe de maternelle
5 images
De 3 à 6 ans, dans la même classe de maternelle - © I. Palmitessa

Des petits bancs, des jeux, des couleurs vives... la classe de maternelle de Mme Ludivine et de Mme Patricia ressemble à première vue à beaucoup d'autres. Cependant, en y regardant de plus près, on trouve des jeux originaux, un espace bibliothèque séparé de la classe, un code de couleurs qui correspond à différents stades d’apprentissages... Mais la grande originalité de cette classe, elle vient surtout des élèves. Ils sont une quarantaine et ils ont entre 3 et 6 ans. Une classe unique, multi-âge. Non pas parce qu'il y aurait trop peu d'enfants dans l'école mais bien parce qu'il s'agit d'un choix assumé. Pour la première fois, l’École Autonome de la Fédération Wallonie-Bruxelles, à Quevaucamps, a proposé aux parents qui le désiraient d’inscrire leurs enfants dans ce nouveau type de classe multi-âges. Le système des classes traditionnelles continuant d'exister en parallèle. Cela dit, pour être précis, c'est bien de quelques enseignants et de parents qu'est né le projet.  Parmi les parents demandeurs, Lena Picron, la maman de la petite Estelle: "on s'est rendus compte aux réunions de parents que beaucoup étaient demandeurs d'une pédagogie alternative et nous nous sommes inscrits le plus vite possible dans cette belle initiative. Ce qui me séduit, c'est que chaque enfant puisse avoir sa place au sein de l'école, avec sa spécificité".

 

Ecolaborative: une charte rédigée par un collectif d'enseignants

Le système appliqué dans cette école de Quevaucamps s'appelle "Ecolaborative".  Un joli mot-valise qui contient l'axe principal de cette pédagogie: la collaboration. Guillaume Vilain, instituteur à Péruwelz est un des initiateurs du projet:"les constats de l'enseignement actuel sont alarmants par rapport à la créativité, la motivation, la discipline mais aussi par rapport aux performances des enfants mesurées par les enquêtes Pisa. On voit aussi les conflits entre les enfants, entre les enfants et les parents, entre les enfants et les enseignants, entre parents et enseignants, etc... Tous ces constats nous ont amenés à lister les problématiques. En discutant ensemble, nous avons dégagé des solutions". Et l’instituteur de rester modeste, "nous n'avons rien inventé". Les enseignants du collectif ont puisé dans l’expérience de pédagogues célèbres (Montessori, Freinet, Alvarez) pour aboutir à cette idée: créer des classes multi-âges (le but à terme serait de créer des classes de 2 ans et demi à 12 ans) avec deux enseignants par classe. "Car on nous demande de travailler en continuité mais quand on a six enseignants en primaire et trois en maternelle, la continuité ce n'est pas du tout simple."

Les porteurs du projet n'ont pas voulu développer un projet privé afin de le rendre accessible à n’importe qui. Le but serait de travailler dans trois écoles différentes pour septembre 2018. Même si les démarches administratives sont nombreuses.

Sur le plan pédagogique, où est l'intérêt de mélanger les âges? "Quand on regarde la pyramide des apprentissages ou de la mémorisation , on voit que l'apprentissage s'effectue mieux quand on explique aux autres. C'est ce qui facilite le mieux la mémorisation. Donc, l'idéal est de regrouper les enfants. Pour que l'un puisse expliquer à l'autre et que les petits puissent apporter leur créativité. Le rôle de l'enseignant va être de guider les enfants dans l'autonomie, dans l'auto-discipline et dans l'entraide".

Les parents sont également impliqués dans cette "collaboration". Tous invités à participer au travail de la classe, chacun selon ses compétences. A Quevaucamps, déjà, des parents ont bricolé avec les institutrices durant l'été pour aménager la classe. Mais cette collaboration peut prendre d'autres formes comme l'explique Guillaume Vilain: "on veut impliquer les parents dans la préparation de matériel, dans la décoration de la classe, dans la présentation de leur métier ou de leur passion. L'objectif étant d'apprendre tous ensemble".

Progresser à son rythme, tenir compte des particularités de chacun et s'entraider

A Quevaucamps, Mme Ludivine, s'est intéressée à Ecolaborative en recherchant pour son propre enfant une autre manière d'enseigner:"j'ai été très frustrée de voir qu'une fois la matière vue et évaluée, mon enfant n'avait plus la possibilité de  revenir en arrière et c'est pour ça qu'ici, nous avons créé des ateliers pour que l’enfant puisse toujours revenir en arrière dans ses apprentissages, on peut recommencer jusqu'à ce qu'on y arrive".  Sa collègue, Mme Patricia insiste sur un autre point: la bienveillance entre les enfants:"ce que l'on ne fait assez par manque de temps, c'est d'apprendre aux enfants à se respecter entre eux. On espère qu'en leur apprenant cette bienveillance, il y aura moins de violence dans nos classes".

Pas de révolution mais une méthode à développer progressivement

Pour l'instant, à Quevaucamps, la classe unique se limite aux maternelles. Mais le rêve des institutrices - Ludivine et Patricia - est de proposer une classe unique qui irait de 3 à 12 ans, dès l'an prochain peut-être. L'idée n'est pas de mener l'ensemble des activités avec tous les enfants en même temps mais de permettre aux enfants de travailler en autonomie, ce qui permet un accompagnement plus individualisé. Avec la volonté de ne rien imposer. Les parents auront toujours le choix entre la classe multi-âges ou la classe traditionnelle.

Une rentrée sereine

Pour l'heure, en ce premier jour d'école, les enfants découvrent l'espace, visitent leur classe, le coin bibliothèque, le coin sieste... Sur la quarantaine de petits bouts, peu de larmes qui durent. Les plus grands sont contents de retrouver leur école, leur "maturité" apporte le calme et la sérénité dans la classe. Un avant-goût de cette collaboration entre tranches d'âge. Mais tout ne fait que commencer.  On voudrait revenir, dans quelques semaines, dans quelques mois pour voir comment se déroule le travail en autonomie, comment les grands expliquent aux petits, comment les enfants rangent eux-même la classe, comment on fait des mathématiques en jouant...

A bientôt alors?

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK