Quel avenir pour le centre-ville de Nivelles? La ville sonde ses chalands

L'enquête vise à déterminer des pistes pour agir dans le centre-ville
L'enquête vise à déterminer des pistes pour agir dans le centre-ville - © Google maps

Quelles sont vos habitudes dans le centre-ville de Nivelles et, surtout, qu'en attendez-vous? C'est ce que vise à savoir une vaste enquête lancée fin de la semaine dernière auprès des Nivellois et de tous les habitués de la ville. L'objectif est de déterminer des pistes pour agir. Selon l'AMCV, l'Association du management de centre-ville, qui pilote l'enquête, c'est la première fois qu'une ville réclame directement un plan d'action. Le constat est déjà posé depuis longtemps: le centre se vide de ses commerces, qui préfèrent la facilité du centre commercial tout proche, le Shopping, qui lui ne cesse de se développer en périphérie. "On ne fait plus nos courses en centre-ville que pour l'alimentaire, témoigne une Nivelloise croisée dans le piétonnier. Pour l'habillement, tout est parti au Shopping maintenant". Un groupe de jeunes filles rencontré un peu plus loin confirme qu'on trouve de tout à Nivelles, si on inclut évidemment le centre commercial. "C'est vrai qu'on s'oriente souvent vers ces galeries marchandes, là où tout est facilement accessible", reconnait encore un autre passant, qui se plaint des difficultés de parking dans le centre.

Un diagnostic pas complètement pessimiste

Mais l'hémorragie est elle tellement importante? Si l'on regarde les chiffres de la dernière étude de l'AMCV sur la dynamique commerciale des centre-villes wallons, le centre de Nivelles totalise 19% de cellules vides. C'est un chiffre interpellant, même si Nivelles n'est pas le pire élève de la classe wallonne, ni le plus en danger. Il peut cela dit beaucoup mieux faire. Le centre de la cité aclote dispose en effet de nombreux atouts. "Je trouve qu'il y fait bon vivre, c'est propre, c'est joli", commente une jeune femme qui travaille en ville. La ville a un caractère historique, et convivial, elle possède un piétonnier et des parkings en suffisance, ainsi qu'une bonne desserte en transports en commun et une position géographique intéressante. C'est ce qui pousse d'ailleurs de nouveaux commerces à choisir Nivelles pour s'installer. C'est le cas du magasin spécialisé dans les jeux de société qu'a ouvert Ludovic en octobre. "On est situés entre Charleroi et Bruxelles, ce qui nous permet de toucher une clientèle qui se situe aussi bien en Brabant wallon que dans le Hainaut, qui devait souvent faire de nombreux kilomètres pour s'adonner à sa passion", explique-t-il. Le marché du samedi draine aussi un grand nombre de chalands et de clients curieux, ce qui n'a pas non plus échappé à ce jeune commerçant. Il avait à un moment hésité à s'implanter au Shopping, pour la facilité de parking, mais n'y a, au final, pas trouvé ce qu'il cherchait, en termes de flexibilité horaire notamment.

Aider les nouveaux à s'installer

Car de nouveaux commerces continuent de s'ouvrir dans le centre. Ils sont souvent très spécialisés, comme celui de Ludovic, ou celui de Stéphane Kodek, consacré aux loisirs créatifs. Ce dernier a investi dans le piétonnier il y a deux ans et ne le regrette pas. Pour lui, il ne manque pas grand chose au centre de Nivelles: "Il faut faire davantage de marketing de la ville, avec des panneaux digitaux, prévoir une meilleure signalétique pour les parkings", suggère-t-il. Ce commerçant voudrait aussi qu'on aide davantage les nouveaux à s'installer, en proposant par exemple des loyers plus attractifs. De son côté, la ville a déjà dégagé un budget pour engager un "Monsieur" ou une "Madame Commerce", chargé de sensibiliser les propriétaires, d'aller chercher de nouvelles enseignes et d'accompagner les candidats à la création de nouveaux magasins. Nivelles s'est aussi inscrite dans le réseau wallon CréaShop, qui vise a octroyer une prime à la création d'activités commerciales innovantes. Et c'est d'ailleurs sans doute là que réside le nouveau souffle du centre-ville nivellois : des commerces qui se démarquent de ceux des centres commerciaux, avec du conseil, des "petits plus" pour la clientèle, mais aussi une présence sur les réseaux sociaux. Est-ce que ça correspond aux attentes du public: l'enquête, qui a démarré sur les chapeaux de roues, nous le dira.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK