Quatrième décès de koala dans le parc Pairi Daiza

Buddy, le survivant, est né le 1er mars 2013 et est arrivé au parc le 1er mars dernier
4 images
Buddy, le survivant, est né le 1er mars 2013 et est arrivé au parc le 1er mars dernier - © Pairi Daiza

Encore un décès de koala dans le parc animalier Pairi Daiza : la petite femelle Coco est morte le 25 novembre dernier. C’est le quatrième koala que le parc de Brugelette perd en l’espace de deux ans. Il n'en reste donc plus qu'un, un mâle de 6 ans, Buddy.

Selon les résultats de l'autopsie, Coco est décédée d’une fibrose pulmonaire chronique, probablement due à un problème cardiaque et pas au koala rétrovirus – une pathologie qui décime les populations – car elle n’en présentait pas les symptômes, souvent sous forme de tumeurs.
 

"Tous les problèmes qu’on sait régler dans les zoos sont réglés"

Dans la nature, les koalas sauvages meurent encore beaucoup d’infections provoquées généralement par plusieurs bactéries du genre Chlamydia. Ces chlamydies existent probablement depuis toujours parmi les koalas, mais leurs conséquences sont beaucoup plus sérieuses parmi les populations "stressées", dont l'habitat est réduit.

Les parcs animaliers, quant à eux, soignent ces infections et quand des koalas meurent, c’est souvent à cause du koala rétrovirus. "Jusqu’à 80% des koalas dans les refuges australiens meurent à cause du koala rétrovirus", donne comme exemple Tim Bouts, directeur zoologique à Pairi Daiza. Tous ces marsupiaux sont porteurs du rétrovirus, qui reprend plusieurs types de virus différents. Chez certains animaux, cela déclenche des maladies comme le cancer par exemple. Mais "tous les problèmes qu’on sait régler dans les zoos sont réglés", affirme M. Bouts. 

Bientôt de nouveaux koalas à Pairi Daiza

Le décès de Coco a été un coup dur pour les soigneurs, très proches des marsupiaux. "Le koala demande beaucoup de soins parce qu’il dort beaucoup, entre 18 et 20 heures par jour", explique Tim Bouts. "Les soigneurs doivent palper quotidiennement sa tête et ses épaules pour vérifier qu’il n’a pas perdu en masse corporelle. Ils le pèsent une à deux fois par semaine car la perte de poids indique souvent une maladie."

Buddy n'a pas été affecté par la mort de ses compagnons. Comme beaucoup d’autres animaux nocturnes, c’est un solitaire. Chaque koala possède sa propre zone d’habitation, qui chevauche celles des autres. Hormis lors des périodes de reproduction, il ne visite pas les arbres de ses congénères.

Pourtant, Pairi Daiza ne compte pas le laisser seul dans son enclos. "Nos partenaires australiens, Australia Reptile Park et Aussie Ark, vont nous envoyer de nouveaux koalas", affirme M. Bouts. "Une relation de confiance s'est établie entre nous car ils connaissent les mêmes problèmes, dont le koala rétrovirus. Tous les résultats de nos autopsies leurs sont envoyés, leurs spécialistes les examinent et ils voient que nous faisons tout pour le bien-être de nos petits protégés. Malheureusement, des animaux meurent tous les jours, c'est la vie, et les zoos n'échappent pas à la règle."

Une espèce menacée

L’Australian Koala Foundation (AKF) estime qu'en raison de la perte de leur habitat, près de 4 000 koalas sont tués par an rien que par les chiens et les voitures. La AKF estime qu’il reste probablement moins de 80 000 koalas en Australie aujourd’hui, et ce nombre pourrait être inférieur à 43 000. Une grande partie de leur habitat a déjà été perdu.

Depuis le mois d'octobre, plus de 2 000 de ces petits marsupiaux ont péri dans les incendies qui dévastent l'Australie. On estime à deux millions le nombre d'hectares qui sont partis en fumée, soit l'équivalent de la moitié de la superficie de la Suisse.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK