Quatre "papys braqueurs" qui planifiaient une attaque de banque à Ixelles ont été arrêtés

La police a arrêté quatre braqueurs âgés de 52 à 64 ans mercredi matin alors qu'ils planifiaient une attaque de banque à Ixelles (ndlr : l'agence ING du Cimetière d'Ixelles), confirme vendredi matin le parquet de Bruxelles. Ils ont été placés sous mandat d'arrêt.

"Le déploiement des Unités spéciales a permis d’arrêter les malfrats juste avant leur passage à l’acte. Quelques minutes plus tard, le premier employé de l’agence se présentait à son lieu de travail", précise Denis Goeman, substitut du procureur du Roi.

"Au moment de leur arrestation, les deux suspects les plus âgés étaient en possession de deux véhicules volés, d’une arme à feu, d’une grenade, d’un détonateur d’explosifs, de munitions, de gilets pare-balles, d’uniformes de police et de colliers de serrage destinés à menotter leurs éventuelles victimes."

Un troisième suspect a été arrêté dans une cabine à haute tension située sur le parking de l’agence, nous apprend encore un communiqué du parquet. "Il se serait apprêté à couper l’électricité dans les alentours immédiats de la banque." Quant au quatrième suspect, la police lui a passé les menottes alors qu’il faisait le guet en face de l’établissement.

Des profils bien connus de la justice

Les quatre suspects ont été mis à disposition du juge d’instruction, ils sont fort bien connus des autorités judiciaires pour de multiples condamnations notamment relatives à des vols avec violences ou autre prise d’otages.

Ainsi, parmi les quatre suspects arrêtés, on trouve Djurica D. En mai 1993, il s’était évadé de manière spectaculaire de la prison de Saint-Gilles, prenant le directeur en otage en compagnie de deux lieutenants de la bande de Patrick Haemers. Koenraad Spitaels a, quant à lui, reconnu, lors du procès d’Assises de Marcel Habran à Liège, sa participation au braquage spectaculaire commis à l’aéroport de Findel en octobre 2000.

Après les avoir auditionnés, le juge d’instruction les a inculpés d’association de malfaiteurs et tentative de vol avec violences ou menaces, avec arme, en bande, avec véhicule. Ils ont tous les quatre été placés sous mandat d’arrêt et passeront ce lundi 13 août devant la chambre de conseil de Bruxelles qui devra statuer sur leur maintien ou non en détention.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK