Quatre ans de prison requis pour une escroquerie au préjudice d'ArcelorMittal

Le parquet a requis jeudi devant le tribunal correctionnel de Liège une peine de 4 ans de prison contre un Américain âgé de 66 ans poursuivi pour avoir détourné plus de 900.000 euros au préjudice d'ArcelorMittal. L'individu avait prétendu disposer de compétences scientifiques pour développer un projet et obtenir des fonds de l'Union européenne.

Des préventions d'escroqueries, de faux en écritures, d'usage de faux, de détournements et de blanchiment d'argent ont été retenues par le parquet contre le prévenu. Entre 2004 et 2011, cet homme qui prétendait disposer de connaissances universitaires avait proposé à ArcelorMittal (ex-Cockerill-Sambre) la création d'un consortium regroupant des scientifiques et des industriels pour aboutir à un projet et bénéficier de fonds européens.

Avec l'aide de complices, il avait détourné une partie de ces fonds. Le dossier évoque plusieurs sommes détournées pour un montant supérieur à 900.000 euros. Le prévenu, qui affirme être employé par l'Université de Milan, prétendait bénéficier d'une carrière de chercheur et se présentait comme un scientifique réputé qui allait faire travailler d'autres sommités dans le cadre de son projet.

Les affirmations de cet homme n'ont jamais été vérifiées par des diplômes ou des éléments concrets. La section anticorruption de l'UE avait démasqué ses pratiques, découvrant notamment que les compétences scientifiques dont il prétendait disposer avaient été copiées sur un profil issu de Wikipedia.

Le parquet a réclamé contre le prévenu, qualifié d'escroc international, une peine de 4 ans de prison ferme. L'avocat du prévenu, Me Rodens, a souligné la personnalité fantasque de son client et a sollicité une peine assortie d'un sursis.

Le jugement sera prononcé le 26 avril.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK