Quand le football permet de faire de la prévention contre le décrochage scolaire

temporary-20191213042543
2 images
temporary-20191213042543 - © Tous droits réservés

Le décrochage scolaire est un phénomène en augmentation en Fédération Wallonie-Bruxelles et en particulier à Bruxelles, on en parle ici. La région a décidé d'en faire une priorité en lançant un plan décrochage l'année dernière. Cette année, elle a regroupé ses politiques en matière de décrochage au sein d'une administration, le service école de Perspectives. Il a pour vocation de devenir un centre d'expertise en la matière et il va coordonner les projets en cours. Il y en a près de 600 en région bruxelloise. L'accent est mis sur la prévention contre le décrochage. C'est ce que fait l'association FEFA depuis 15 ans à Anderlecht. 

Le football comme accroche 

Au premier regard, c'est un club de football comme les autres, on y travaille sa conduite de balle, ses tirs, ses dribbles. Sauf qu'ici, pour s'inscrire, il y a une condition un peu particulière, celle de remettre son bulletin scolaire chaque trimestre. "C'est la tradition et c'est le deal que les jeunes et ses parents ont fait avec nous. En cas de difficultés scolaires, on est là pour soutenir sa scolarité", explique Julien Cuxac, le directeur de l'ASBL FEFA pour Football, Ecole et Famille. "C'est à travers ce biais que l'on 'capte' les jeunes, mais c'est aussi un outil puisque l'on croit fortement aux valeurs que véhicule le football en terme d'investissement, de détermination, de cohésion". 

Ecole des devoirs et soutien individuel 

Si le bulletin est mauvais, il faut passer par la case école des devoirs de l'association, qui se trouve dans les locaux de l'Athénée Leonardo Da Vinci, partenaire du projet. C'est le cas d'Abdullah, 14 ans, en deuxième secondaire. Ce mercredi-là, il travaille dur pour ses examens. Biologie le lendemain. "On refait les exercices que j'ai pas compris, on vérifie les interros que j'ai ratées. C'est grâce au football que je suis ici". 

A l'école des devoirs, Laurent Kounou, responsable psychopédagogique jongle avec les différentes matières: biologie, mathématiques, etc. "Le premier outil de remédiation, c'est l'école des devoirs mais il peut aussi y avoir du soutien individuel en fonction des histoires de chacun, en fonction du niveau de chacun, de ce qu'il faut revoir. Par exemple, Abdullah, c'est un assez bon élève mais il a des lacunes qui trouvent leurs origines dans les années précédentes. Or, le néerlandais, par exemple, ça se bâtit. Il va être interrogé sur de la matière de deuxième secondaire, alors qu'il n'a pas forcément intégré celle des années précédentes". 

"C'est vrai que la majorité des élève que l'on suit", poursuit Julien Cuxac, "c'est pour une problématique d'apprentissage, avec des matières qui ne sont pas bien comprises depuis un, deux, trois ans et qui peuvent mener à un décrochage scolaire. Et puis plusieurs échecs peuvent aussi amener à une orientation non choisie et de ce fait, à un décrochage scolaire assez précoce". 

Prévention contre le décrochage 

Le club - ou plutôt l'association - intègre donc des joueurs à partir de 4-5 ans. Les bulletins sont remis à partir des primaires. Si l'élève "oublie" de remettre son bulletin, il ne peut pas participer aux matchs. Au départ, il y avait un peu de méfiance de la part des parents, mais la formule fait ses preuves selon le directeur Julien Cuxac : " Les chiffres montrent qu'on a diminué par deux voire par trois le redoublement de nos élèves du secondaire. Il y a aussi une prise de conscience de la part du public, des jeunes et de leurs familles de la nécessité de s'investir sur le champ scolaire".   

Des écoles des devoirs adossés à d'autres clubs 

En tout, l'association FEFA compte plus de 260 membres, sans compter les jeunes qui gravitent autour, les grands frères et les grandes sœurs qui restent en contact. Et la formule commence à essaimer. Depuis peu, l'association installe des écoles de devoirs dans d'autres clubs sportifs à Anderlecht. Comme récemment dans un club de taekwando, un autre club de football.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK